Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 09:44
Licence Taxis

Licence Taxis

 

L’état envisage de « racheter » les licences de taxis, petit souci, les dites licences sont attribuer par l’Etat gratuitement. Comment l’état peu seulement envisager une dépense de fond public estimé par Terra Nova, à plus de 4 milliards d'euros et ce que pour les taxis parisiens, si on ajoute d’autres grands ville : Lyon Marseille, cela ferait près de 8 milliard d’après certaines sources ?

 

Certaines licences se négociant jusqu'à 350.000 euros.

 

La pratique honteuse, et illégale mais tolérée depuis trop longtemps par les pouvoirs publics, de la revente des licences, ne pouvait que faire allez dans le mur les autorités.

 

Mais plusieurs questions se posent.

Quid ? Des  taxis indépendants ou des petites sociétés de provinces, qui n’ont jamais pu revendent leurs licences, car le marché local est sain.

 

Quid ? D’un simple décision ministérielle, si elle est attaqué en justice, comment l’Etat peu permettre la vente d’un bien public, sans parler de « concurrence déloyale » entre taxis qui payent des licences et ceux qui les ont obtenus gratuitement.

 

Quid si l’on passe par une loi de l’avis du Conseil d’Etat, puis du Conseil Constitutionnel, voir de la Commission Européenne à la concurrence.

 

La pression des usagers peu jouer, dans toutes les  couches de la société, de l’ouvrier au PDG, nous sommes usagers, plus ou moins souvent, des taxis, comme des autres modes de locomotions.

 

Quand pensez-vous ?

 

 

Repost 0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 13:12

notre dame des landes

 

Notre-Dame-des-Landes

 

Quelle est la manifestation écologiste qui a eu lieu le 17 novembre, une manifestation des Ligériens ?

 

Pas a en croire les plaques d’immatriculation des bus affréter de toute la France, en fait les Ligériens (voir note) sont très largement pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, comme m’en as convaincu un séjour ce mois si de plus d’une semaine a Nantes.

 

La désinformation orchestrée par les tenants de la  décroissance malthusienne, (rappelons que Thomas Malthus prône aussi l'arrêt de toute aide aux nécessiteux), ni changera rien la tres large majorité de la population est pour.

 

 Que 10.000 manifestants (très en déca des attentes ou des revendications des organisateurs pour une manifestation nationale) quant au quelques propriétaires de terrains qui les « soutiens » il ne cherche en réalité quand faire monté encore le prix de cession de leurs terrains, déjà surévaluer pour largement.

 

Des méthodes de terroristes faisant exploser des bonbonnes de gaz, creusant des tranchées au miteux des voies, abattant des arbres (ah bon ils sont écolos) au travers des routes empêchant les gens d’allez travaillé.

 

Justement au sujet de l’emploi non seulement l’aéroport permettrait l’embauche dès son ouverture de plus de 5000 personnes, mais le développement économique qui résulterait de cette nouvelle infrastructures indurait encore des milliers d’emplois induits et indirects, aussi bien dans le tourisme le tertiaire que l’industrie et dépasserait largement les emplis direct de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

 

La question de qui gère ce site, est autre chose, il conviendrait que cela soit un service public bien sur, mais on es dans une société, un pays, une période, qui vu le niveau des luttes ne le permet pas, cela aurait été la lutte a mener de la part des JOLY, MELANCHON et autre BOVE ( tiens encore un malthusien).

 

Oui a l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Non a la décroissance et au malthusianisme

 

Note :Ligériens : Qui appartient à la Loire, ou au département de la Loire ou à leurs habitants.

 

Site Culturel que nous vous recommandons

http://michel-dubat-auteur.over-blog.com/

 

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:07

Le PC Grec (KKE) répond à Pierre Laurent, président du PGE et secrétaire-général du PCF: « Les larmes de crocodile sur la Grèce, cela suffit ! »

 

Lettre de la section des Relations internationales du KKE publiée dans le Morning Star, quotidien du PC Britannique

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Chers camarades,

il est vrai que le déroulement de la crise capitaliste en Grèce qui s'est accompagné d'une offensive sans précédent contre les droits de la classe ouvrière et des couches populaires, ainsi que d'une intensification en conséquence de la lutte de classe, a retenu l'attention des travailleurs d'autres pays. Dans ce contexte, même des forces politiques bourgeoises, qui portent une énorme responsabilité dans cette offensive anti-populaire, affirment qu'ils « sympathisent » avec la cause du peuple Grec tout en prenant bien soin de dissimuler les véritables causes des problèmes que connaît le peuple grec : la crise capitaliste, le piège qui se renferme sur notre pays, celui des unions impérialistes telles que l'OTAN et l'UE, enfin l'exploitation capitaliste.

Les représentants de la « Nouvelle gauche » font des déclarations qui s'inscrivent dans ce contexte, comme la lettre du président du Parti de la gauche européenne (PGE) et secrétaire-général du PCF, Pierre Laurent, au sujet de la Grèce, que vous avez publié dans votre section courrier (Ici l'original en français).

En réalité, le problème que rencontrent la classe ouvrière et les couches populaires en Grèce n'est pas un problème de « démocratie », de l'imposition de mesures de l'extérieur, par « les dirigeants européens et le FMI », comme l'écrit Pierre Laurent. La coalition gouvernementale du parti social-démocrate PASOK et du parti libéral Nouvelle démocratie (ND) ne sont pas non plus des « victimes » de ces « leaders européens et du FMI », telle que la situation est présentée à travers les verres déformants du président du PGE.

La vérité, c'est que ces mesures, qui sont prises sous prétexte de l'ampleur de la dette publique, ont comme but de renforcer la profitabilité du capital en Grèce, au moyen d'une réduction drastique du prix de la force de travail. Nous ne devons pas oublier qu'en ce moment même 600 milliards d'euros (près du double de la dette publique grecque) appartenant aux capitalistes Grecs se trouvent dans les caisses des seules banques Suisses !

Il s'agit ainsi de mesures qui correspondent pleinement aux intérêts des capitalistes en vue de faire payer la crise au peuple, afin que la Grèce puisse connaître une reprise capitaliste et que le capital accumulé dans la période précédente puisse trouver un débouché rentable. Il s'agit de mesures qui ont été décidées d'un commun accord, dans le cadre de l'UE, par le gouvernement Grec et la classe bourgeoise dont les intérêts sont défendus par les deux partis au pouvoir et qui n'ont pas été imposées par les « dirigeants européens et le FMI ». Toutes ces mesures se trouvaient plus ou moins dans les programmes du PASOK et de la Nouvelle démocratie, et avaient par ailleurs été prévues par les traités européens, en commençant par le traité de Maastricht. C'est la raison pour laquelle les classes ouvrières Grecques et Britanniques – et bien sûr toutes les autres – ont une si mauvaise opinion de l'UE et de son rôle anti-populaire. Dans le même temps, les représentants du PGE en Grèce, Synapsismos, après avoir voté le Traité de Maastricht, ont nourri et continue systématiquement de nourrir des illusions sur l'UE, en présentant la participation de la Grèce à l'UE comme la seule voie possible et imaginable, s'opposant en cela au KKE qui lutte pour le retrait du pays de l'UE avec pouvoir populaire.

Le président du PGE parle d'une « mise sous tutelle » de la Grèce par la Troïka. Est-il au courant que la classe bourgeoise grecque accepte consciemment depuis des décennies de participer aux unions impérialistes de l'OTAN et de l'UE, et que sa participation dans le cadre de relations inter-dépendantes, prévoyait la concession de droits souverains à l'UE et à l'OTAN ? Sait-il que, par exemple, la Politique agricole commune (PAC) ne laisse aucune place à un développement dans le secteur de l'économie agricole qui aille dans les intérêts du peuple ? Il faudrait lui rappeler que la Grèce avait, avant de rejoindre la CEE-UE, un excédent commercial agricole, alors qu'aujourd'hui, à cause de la PAC, elle importe même certains produits agricoles qui sont cultivés en Grèce, tandis que des centaines de milliers de petits et moyens agriculteurs ont rejoint l' « armée » des chômeurs.

L'entrée de la Grèce dans l'UE, que le président du PGE évite de mentionner – il préfère plutôt dénoncer les « dirigeants européens » de façon abstraite – tout comme les dépenses militaires exorbitantes de l'OTAN, la politique d'exonérations fiscales pour le capital au nom de la « compétitivité » de l'économie, qui a été suivie dans le passé par les gouvernements du PASOK et de la ND, constituent l'origine de l'inflation de la dette publique et des déficits pour lesquels le peuple Grec ne porte aucune responsabilité.

Bien sûr, ces « omissions » réalisées par le président du PGE ne nous inquiètent pas, car nous savons très bien que le PGE a prêté un serment d’allégeance à l'UE, et est généreusement financé en tant que « parti européen », c'est-à-dire en tant que parti qui accepte les « principes » de l'exploitation capitaliste qui caractérisent l'UE – cette alliance prédatrice des monopoles. Le PGE a même pris des engagements en ce sens dans ses statuts et ses documents fondateurs !

Les propositions du PGE sur le « développement », un soi-disant « fonds de développement social », ne remettent pas du tout en cause le pouvoir du capital. Au contraire, le PGE et les forces opportunistes à l'échelle internationale jouent un rôle fondamental en semant des illusions, ce qui passe l'enjolivement des organisations impérialistes telles que l'UE et la BCE, c'est-à-dire en disant qu'elles peuvent être transformées dans les intérêts du peuple, au moment même où de plus en plus de travailleurs, et pas seulement en Grèce, comprennent que le capitalisme ne peut pas résoudre les problèmes fondamentaux de la population.

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 07:20

               

URGENCES HEGP :

Le personnel   en grève contre la  maltraitance planifiée des patients

 

29 Février 2012

CGT HEGP 31 83

(communiqué de presse)

Le personnel des Urgences de l’Hôpital Européen Georges Pompidou a entamé une action pour mettre fin au scandale des patients « garés » sur des brancards dans les couloirs du service, les « pré-portes ». Ces malades attendent les soins dans des conditions indignes alors que la Sécurité Sociale paie des journées d’hospitalisation pour eux.

  

La confidentialité, l’intimité, la dignité des patients ne sont pas respectées dans ces conditions. La qualité des soins, l’hygiène hospitalière ne peuvent plus être assurées par les personnels. Ils ont dénoncé avec force cette situation de maltraitance institutionnelle, et refusent d’engager leur responsabilité de soignants face à cette situation issue de la casse structurelle du service public de santé.

Cette situation n’est pas nouvelle. En 2001 le personnel la dénonçait déjà. De trop nombreuses fois, le personnel et les organisations syndicales ont alerté la direction de l’Hôpital, sans que des solutions pérennes ne soient mises en oeuvre. Aujourd’hui, la nomination du Pr JUVIN à la tête du service des Urgences intervient dans le calendrier politique que nous connaissons. Là n’est pas notre préoccupation. Avec lui ou un autre, le personnel des Urgences assure la continuité des soins avec l’esprit de responsabilité au service du public qui le caractérise.

Au Comité Technique Local d’Etablissement d’hier, la Direction a vu la colère et la détermination des salariés. Pourtant, elle a refusé de négocier sur les revendications de la CGT : la réservation de lits dédiés aux Urgences dans les services, la priorité accordée aux patients urgents sur les « programmés », en premier lieu ceux relevant du secteur privé, la mise à disposition du personnel nécessaire à la bonne marche du service.

Il y a une pénurie structurelle de lits d’hospitalisation en aval des Urgences. La CGT en  dénonce les causes. Un Hôpital public ne peut fonctionner comme une clinique privée avec ses patients programmés uniquement.

La Direction pense que si. Elle met en place un groupe de travail et se défausse sur la communauté médical et l’encadrement paramédical pour remédier au problème.

La CGT ne se fait pas d’illusion sur l’issue de ce groupe de travail : seule la mobilisation et la détermination des personnels permettra la prise en compte de nos revendications.

L’Assemblée Générale du personnel a voté ce jour à 14h00 la grève. Ils attendent des propositions de la Direction et de l’AP-HP.       

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 08:52

PAS DE COMBAT CONTRE L’UE

SANS COMBAT CONTRE LE CAPITALISME !

 

La journée du 29 février est un moment important de la lutte contre l’austérité en Europe. Cela nécessite cependant de faire toute la clarté sur l’UE.

Les dirigeants des pays européens vont adopter sans la moindre consultation populaire un nouveau traité dans la continuité et l’aggravation des précédents (Maastricht, Lisbonne).

Il s’agit pour la classe capitaliste dominante de favoriser la lutte contre les « déficits publics », d’introduire l’obligation de la « règle d’or », véritables diktats de l’oligarchie financière ce qui soumet davantage les Etats et parlements nationaux et rend encore plus illusoire les velléités réformistes sur une « autre Europe ».

En France, dans ce cadre, Sarkozy a annoncé deux contre-réformes : la TVA « sociale » qui appauvrira davantage les couches populaires, par la hausse des prix tout en exonérant davantage le capital et  les accords de « compétitivité/travail » que Sarkozy veut mettre en place avec les syndicats d’accompagnement et qui visent à allonger le temps de travail en baissant de fait les salaires !

Tant pis pour les illusions de certains, Hollande n’est pas de reste et vante (dans la presse financière anglaise) les avancées du PS « dans le libéralisme »      « et les résultats de la gauche dans les privatisations » (record battu sous Jospin).

Les coups les plus durs vont donc venir après la présidentielle sous forme d’austérité de droite ou de « gauche ». Pour résoudre la question d’efficacité dans les luttes, seule parade à l’austérité, il faut faire la clarté sur l’UE et ses sources.

L’UE MACHINE DE GUERRE

CONTRE LE NIVEAU DE VIE ET LES LIBERTES DES PEUPLES

Les décisions des diverses instances de l’UE ont toujours revêtu un caractère de classe favorable aux seuls monopoles. Caractère antidémocratique affirmé puisque chaque refus  de traité lors d’une consultation populaire s’est vu annulé !

Caractère belliciste puisque « construites pour la paix », l’UE et l’OTAN se sont engagés dans des guerres coûteuses et injustes en Yougoslavie, en Afghanistan, en Libye.

Caractère antisocial puisque l’UE signifie la précarité de la jeunesse, la destruction des aspects progressistes des codes du travail, l’allongement de la durée du travail et de carrière, les délocalisations, les restrictions drastiques de dépenses publiques, la baisse du pouvoir d’achat, les « aides » financières au capital, la généralisation du chômage comme une « norme », la liquidation des conquêtes sociales du XXème siècle.

Cette politique des monopoles via leur instrument l’UE a engendré une hausse vertigineuse des profits, l’intensification de l’exploitation, le pillage des pays dominés. L’UE est un adversaire du progrès social et  sa politique prend ses racines dans le mode de production capitaliste.

 

L’UE a été construite par et pour les monopoles, pour élargir le marché à l’échelle de l’Europe et du monde. Suivant les directives de la Table ronde des industriel européens et de l’oligarchie, les   partis libéraux-bourgeois (comme l’UMP) et sociaux-démocrates dirigent en alternance les gouvernements des divers pays européens et prônent la même austérité partout afin que les grandes sociétés réalisent le profit maximum.

Le nouveau traité encadrera la future politique de ces mêmes courants politiques partout en Europe.

Malgré cela la gauche réformiste prétend « possible » une « autre Europe » dans le cadre de l’UE. Comment ? «Par la transformation des statuts de  la Banque centrale Européenne » en « banque pour l’emploi et la relance » sans toucher à la propriété capitaliste,  par « une véritable gouvernance de la zone euro »,  « par une autre répartition des richesses ».

Pour mieux faire avaliser leur politique, les monopoles ont besoin d’une gauche qui « conteste » et qui sème des illusions à la fois sur le cadre de l’UE et du capitalisme.

En effet subventionnés par l’UE,  le Parti de la gauche européenne (branche française, le Front de gauche), la confédération européenne des syndicats (CES) ne peuvent mener une opposition frontale et indépendante. L’opportunisme contemporain prend la forme d’un altercapitalisme (un autre capitalisme) fondé sur une prétendue opposition du capitalisme industriel et de la finance. C’est oublier l’analyse magistrale de Lénine sur la fusion du capital industriel et bancaire au stade du capitalisme de monopoles !

 

PAS DE COMBAT CONTRE L’UE SANS COMBAT CONTRE LE CAPITALISME !

D’autres préconisent une sortie de l’euro (toujours dans le cadre du capitalisme), le « protectionnisme national ou européen ». C’est « oublier » les traits du capitalisme contemporain fondé sur la dépendance et l’interdépendance de chaque pays. On ne peut aménager l’UE ou les Etats nationaux pour faire « une autre politique », car précisément règne pour pérenniser le capitalisme,  le pouvoir (dictature de classe) du capital financier dans l’entreprise, l’Etat, les Unions impérialistes.

Est-on pour autant impuissants ? Non, il faut transformer le rejet exprimé des conséquences de la politique européenne lors du référendum,  en stratégie dirigée contre l’UE et ce qui sous-tend sa politique le système capitaliste.

Ce sont tout d’abord les grèves massives et continues, les actions multiformes pour faire payer au capital sa crise et ses dettes (en France les aides au capital constituent une large partie de la dette).

Dans les luttes émergera le projet anticapitaliste d’autant plus vite si nous reconstruisons un véritable Parti communiste, révolutionnaire et indépendant qui ne peut être porté que par la classe ouvrière en alliance avec les autres catégories de travailleurs. L’UE et le capitalisme ne sont pas réformables dans l’intérêt populaire, la rupture avec l’UE est donc un combat vital, indissociable de la lutte pour renverser le capitalisme.

Le chemin révolutionnaire sera long et difficile mais pour l’émancipation des exploités et opprimés, la solution c’est le socialisme avec le pouvoir ouvrier, l’appropriation sociale des monopoles et banques, la planification économique, la paix, une démocratie supérieure celle du travail !

UNION des REVOLUTIONNAIRES-COMMUNISTES DE FRANCE

(URCF-Construction du parti)

 le 29 février 2012

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 08:34

 

Amis désobéissants,

 

OCCUPONS POLE EMPLOI !

Des amis regroupés au sein de la "Coordination nationale de Occupons Pôle
Emploi" nous proposent une magnifique action, à la veille du "sommet pour
l'emploi" organisé par le gouvernement pour précariser encore davantage les
chômeurs.

Le 18 janvier, lors de son «sommet pour l'emploi», le gouvernement se
prépare à mettre tout le monde à genoux en imposant aux travailleurs des
logiques libérales par une flexibilité et une annualisation du temps de
travail à outrance : CDD de 30 mois ou CDI intérimaire, chômage partiel
facilité, modulation à la carte du temps de travail avec baisse de
salaire... Bref, le gouvernement Sarkozy nous invite tous à partager le
chômage au lieu de partager le travail. Chômeurs, précaires, salariés,
nous sommes tous concernés !


STOP aux diminutions d'indemnisation, aux suppression et aux refus
d’allocations


STOP aux radiations et aux sanctions de Pôle emploi


STOP aux contrôles abusifs et convocations multiples


STOP au retard de traitement des dossiers à Pôle emploi


STOP aux travail gratuit au travers des EMTPR


STOP aux STO de 7 heures de travail dues par un bénéficiaire du RSA


STOP aux CDI intérimaire qui est un contrat de précarité à vie


STOP aux contrats précaires CDD, CUI, CAE



LE 17 JANVIER 2012 nous occuperons les agences POLE EMPLOI de nos villes.

Si vous voulez être référents dans vos villes, pour former un groupe autour
de vous (et qu'on envoie les gens vers vous), il vous suffit de nous le dire
par mail, en précisant la grande ville la plus proche et un téléphone. Vous
choisirez ensuite une agence à occuper, que vous tiendrez secrète jusqu'à
la dernière minute : les gens qui vous suivront n'ont pas besoin de savoir à
quelle agence ils vont avant d'y être !



http://occupons-pole-emploi.blogspot.com

www.desobeir.net

(Communiqué de presse)

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:42

 

 

Il faut en finir avec la dictature des marchés financiers

 

lundi, 8 août 2011

Les marchés financiers sont de nouveau secoués. Cette fois-ci la cause en est la dégradation de la note par l’agence de notation Standard & Poor’s des obligations émises par l’Etat américain.

 

Après les mêmes pratiques récentes sur des Etats européens, une agence de notation se permet de risquer de fortes secousses avec des conséquences qui peuvent être lourdes sur l’économie réelle, la croissance, l’emploi, les salaires …

 

Une fois de plus, des officines privées se permettent de juger et de tenter de changer, par pressions des marchés financiers, la politique économique de pays (dont aujourd’hui celle des

Etats-Unis, première économie mondiale) vers toujours plus d’austérité. Elles s’arrogent un rôle qui doit être celui des Etats sous contrôle démocratique de leurs citoyens. Pour le moment tétanisés par leur incapacité à réguler la finance, les Etats s’y soumettent, au lieu de s’appuyer sur les exigences des peuples.

 

Ce nouvel épisode met en évidence le bien-fondé d’une exigence forte qui prend partout dans le monde : il faut mettre fin à la dictature des marchés financiers pour dynamiser l’économie, créer des emplois stables, augmenter les salaires et soutenir l’investissement productif.

 

Valérie Pécresse, ministre du Budget, annonce : « La France sera au rendez-vous de la réduction de son déficit cette année et l’année prochaine ».

 

De tels propos, visant à donner des gages aux marchés financiers, témoignent du fait que nos responsables politiques ne veulent pas admettre que les politiques de sauvetage des marchés financiers, mises en place depuis trois ans, sont contre-productives et en opposition à l’intérêt général.

 

Les programmes d’austérité exigés par les marchés financiers conduisent à la hausse du chômage et de la précarité, pèsent sur les salaires, les pensions et les minima sociaux, donc sur le pouvoir d’achat, et affaiblissent le potentiel de croissance économique.

 

On ne peut pas sortir de cette crise en donnant encore et toujours plus de gages aux marchés financiers : les « plans de sauvetage » se multiplient et à chaque fois la somme d’argent nécessaire pour sauver les financiers augmente. Cet argent aurait pu, et doit, être mobilisé au service de l’emploi et de l’investissement productif.

 

Pour sortir de cette crise, il faut remonter à la source : il faut revaloriser le travail.

 

Il faut créer des emplois qualifiés et stables, augmenter les salaires, dynamiser l’investissement productif.

 

Il faut mettre fin aux programmes d’austérité. Au lieu de réduire les moyens des services publics et geler les traitements dans la fonction publique, ce que fait le gouvernement, il faut augmenter les dépenses utiles comme celles de l’éducation, de la santé et des infrastructures.

 

Il faut en revanche supprimer les niches fiscales et sociales inutiles, augmenter l’impôt sur les hauts revenus et taxer les transactions financières.

 

Il faut, enfin, stopper les capacités de manœuvre et de nuisances de la sphère financière et spéculative au profit d’une capacité de décisions de l’économie réelle sous contrôle démocratique.

 

La CGT porte ces exigences et appelle à porter d’autres choix pour une autre répartition des richesses par la mobilisation des salariés, retraités et privés d’emploi notamment par une journée d’action interprofessionnelle à la rentrée.

 

 

La CGT ,Montreuil, le 8 août 2011

 

( Communiqué de presse)

 

Quand pensez-vous ?

Laissez vos commentaires

Inscrivez vous a notre newsletters

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 16:08

Agriculture BIO Crise Sanitaire

Que nous enseignent les crises alimentaires de la Région de Hambourg  (Allemagne) et de Bègles (Gironde, France) ?      

Bègles et non Bordeaux, car sans la politique mené par Noel Mammère comme Maire (Europe Ecologie- les Verts) de fournir une alimentation Bio jamais cette situation ne serait survenu.

L’on a été aussi bien durant la  crise allemande que de celle de Bègles très discret dans les Médias sur le point principal le Bio peut tuer, d’ailleurs le Bio tue tous les jours dans la plus grande indifférence générale.

 Durant la crise allemande qui a fait 40 morts et quelques centaines de malades (ce qui reste regrettable) , on a mobilisé les plus grands laboratoires du monde ( Europe, Corée du Sud …), donner des dizaines de millions d’Euro d’aide aux agriculteurs européens.

Ces  quelques dizaines de victimes qui sont elles face aux dizaines de millions de morts chaque année (voir Note)  quelle provoque dans le Monde.

En effet les productions « traditionnelles » « équitables » ne cache qu’une chose la contrainte, pour maintenir les peuples dans la misère et la soumission, de continuer culture et élevage comme nous les connaissions dans le passé en France et en Europe, avant l’arrivée des produits phytosanitaires (engrais et pesticides)  et dont la moyenne d’âge ne dépassait pas 40 ans.

Car entre la sous production, les parasites, bactéries et virus divers, véhiculés par l’alimentation.

Prétendre que notre planète ne peut pas nourrir plus de personnes est totalement faux, a condition   de permettre aux pays sous-développés d’avoir une agriculture moderne, de progrès et ils deviendront rapidement autosuffisants et exportateurs.

Il faut savoir que les idéologues de la décroissance veulent supprimer dans le plus grand génocide jamais programmé, la moitié de  la population mondiale d’où les campagnes contre l’agriculture raisonnée, les médicaments et les vaccinations  prônant la disparition de l’Education et de la Médecine. (Voir les articles déjà publier sur ce blog sur la décroissance)

Rien que la famine provoque 6 Millions de morts par an (voir note) dans le Monde, sans parler de celle véhiculée par les aliments non traité et contenant : parasites, bactéries, virus.

Prétendant scandaleusement que engrais, pesticides, vaccins, médicaments, provoqueraient des cancers et qu’il ne faut pas fournir ces produits aux pays sous-développés, les Anti-OMG, décroissant et autres idéologues écologistes oublie volontairement de préciser plusieurs points :

 

·         Une agriculture raisonnée utilise juste les quantités utiles au bon moment et supprime les risques.

·          Les OGM permettent de supprimer bon nombres de produits phytosanitaires, d’augmenter la productivité, de créer des médicaments (on se rappel les « faucheurs d’OGM » ayant détruit un champ devant produire un médicament bon marché contre la sclérose en plaque avec en tête des faucheurs José Bové)

·         Les produits Bio provoque aussi des cancers (exemple : les taches brunes sur les pommes Bio)

·         La hausse de la durée de vie (en meilleur état de santé qui plus es) avec une alimentation saine (sans parasites, bactéries, virus) grâce aux produits phytosanitaires

C’est bien de ce préoccuper du possible cancer ou de maladies, que l’on développera peut –être à l’âge de 70 ou 80 ans, mais pour les sauver faut-il continuer à les faires mourir de faim …à 40 ans ???

L’on signale sur les produits «  peuvent contenir » pour les personnes allergiques, et l’on à raison indiquons sur les produits Bio :

« peut  des parasiste (mites de la farine, bactéries( E.Coli …)donné le cancer (taches brunes sur la peau des pommes Bio) DANGEREUX POUR LA SANTE

 

Stéphane Dubois

Président du CDRM

Note :

Selon un rapport de la FAO, en 2009, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim. En 2008, 854 millions d’êtres humains étaient gravement sous alimentés, et toutes les 5 secondes, 1 enfant mourrait de faim dans le monde. 6 millions de morts par an.

ASIE : la grippe aviaire, CHINE : la pneumopathie atypique (SRAS) AFRIQUE : la fièvre hémorragique, CHINE : la fièvre hémorragique, AFRIQUE : le cholera, MALAISIE : la dengue, INDE : l'encéphalite ;AFRIQUE DU SUD : la fièvre typhoïde AFRIQUE : La tuberculose, AMERIQUE CENTRALE : La malaria provoque également des millions de morts chaque année

 

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 11:07

Faillite programmée de l’Allemagne

Angela Merkel pour des raisons purement électoralistes, suite à l’échec cuisant de son parti aux dernières élections et sous la pression des verts allemand, a pris la décision de fermer toutes les centrales nucléaires.

La première conséquence de cela sera l’achat MASSIF d’énergie nucléaire à d’autres pays et particulièrement à  la France, sans parler de l’hypocrisie de cette situation, cela ne peut qu’entrainer la faillite de l’industrie allemande.

La hausse massive des prix de  l’électricité en Allemagne, entrainera pour les industries forcement énergivores une hausse des couts de productions.

Ces capitalistes ne sacrifieront pas  la moindre parcelle de leurs profits  et préféreront délocaliser massivement les usines. Peut importe leurs nationalité les capitalistes hésite jamais a faire passez les profits avant les peuples, et tout particulièrement la classe ouvrière.

Il va sans dire que cela entrainera de graves conflits sociaux et l’on sait comment les impérialistes allemand on toujours eu une forte tendance à régler leurs problèmes en recourant aux pires militarismes (1870, 1914/18, 1940/45).  

Fukushima  n’est qu’un prétexte pour les verts et les certains capitalistes la vrai et seule solution écologique et progressiste est de remplacer les actuelles centrales (en commençant par les plus anciennes) par des centrales de nouvelles générations (type European Pressurized Reactor, plus propre, plus sécurisé et plus économique que les générations précédentes).

Ni l’éolien , ni le solaire ne produiront jamais les besoins du plus grand nombres, en plus ces méthodes ne sont pas du tout écologiques, prenons l’exemple du solaire, l’on ne sait pas du tout comment recyclez les cellules photovoltaïques, contenant de nombreux produit tres polluant a commencer par des métaux lourds et d’un rendement ridicule par rapport au nucléaire

En conclusion, il ne s’agit que d’une opération électoraliste a court terme encourager par les prétendus écologiques, ne sont souvent que des idéologues de la théorie malthusienne de  la décroissance.

Stéphane Dubois

Pour le CDRM

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 09:31



L’Occident apprendra-t-il ?



par Boaventura de Sousa Santos



Le XIe Forum social mondial (FSM) a eu lieu [du 6 au 11 février 2011, NDT] à Dakar (Sénégal). En choisissant de se réunir en Afrique pour la deuxième fois (la première, c’était en 2007 à Nairobi), les organisateurs montrent leur volonté d’attirer l’attention sur les questions africaines et leur impact dans le monde. Ce qu’ils ne pouvaient pas deviner, c’est qu’au moment même où se tiendrait le Forum, l’Afrique du Nord ferait la Une des journaux du monde entier, que les protestations sociales contre la crise économique et contre les dictatures soutenues par l’Occident seraient aussi vigoureuses, aussi contagieuses, tout en étant fondées sur un principe de base du FSM : la radicalisation de la démocratie comme instrument de transformation sociale.

Les racines et les raisons de la solidarité du FSM avec les luttes sociales en Afrique du Nord échappent à la presse occidentale. Ce traitement médiatique révèle la double difficulté de l’Occident à apprendre de l’expérience du monde et à être fidèle aux principes et valeurs dont il prétend être le gardien. Depuis sa création, le FSM dénonce la non-viabilité de la politique économique, sociale et environnementale de l’actuel modèle économique néolibéral, dominé par le capital financier déréglementé, ainsi que le fait que les coûts globaux découlant de ce modèle ne se limitent pas aux pays les moins développés.

Une des causes de l’agitation sociale en Afrique du Nord est la profonde crise économique que connaît la région. On ne peut comprendre les protestations sociales de ces dernières semaines en Egypte sans se souvenir des grèves dans le textile des trois dernières années, qui, bien que violemment réprimées, n’ont pas retenu l’attention des médias occidentaux. Dix ans après que le FSM a tiré le signal d’alarme, le Forum économique mondial, réuni à Davos il y a quelques semaines, a déclaré que l’aggravation des inégalités sociales est le risque le plus grave (plus grave que le risque de dégradation de l’environnement) pour le monde dans les prochaines décennies. Ce que le Forum économique mondial ne dit pas, c’est que ce risque découle de la politique économique qu’il préconise depuis dix ans. En bon club de riches, il peut ressentir un soupçon de mauvaise conscience, mais non remettre en cause l’accumulation scandaleuse de richesses.

Vu du FSM, la crise de l’Afrique du Nord signifie l’effondrement de la seconde frontière de l’Europe développée. La première frontière est constituée de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne et de l’Irlande. Avec ses deux frontières en crise, le centre se fragilise et l’axe franco-allemand que l’on dit d’"acier" pourrait bientôt sembler fait de plastique. Plus profondément, l’histoire nous enseigne que la stabilité et la prospérité de l’Europe commence et se termine dans la Méditerranée. Pourquoi l’Occident (Europe et Amérique du Nord) n’apprennent-ils pas de l’histoire et des faits ? Pour nous, membres du FSM, l’Occident n’apprendra que lorsque ce qui arrive dans les périphéries ressemblera trop à ce qui se passe au centre. Nous n’en sommes peut-être pas loin, mais il se pourrait alors qu’il soit trop tard pour apprendre.

La solidarité du FSM avec l’Afrique du Nord est d’une autre nature : elle relève du respect inconditionnel des aspirations démocratiques des peuples. A cet égard, l’hypocrisie de l’Occident ne connaît pas de limites. Son objectif est d’assurer la transition pacifique d’une dictature pro-américaine et pro-israélienne - qui est en faveur de l’occupation coloniale de la Palestine par Israël, de la libre circulation du pétrole et du blocus de la bande de Gaza, qui est anti-Hamas, anti-Irak et pour la division Fatah-Hamas - vers une démocratie dotée des mêmes caractéristiques. C’est la seule façon d’expliquer la recherche obsessionnelle de la présence de fondamentalistes dans les manifestations et la déformation de la réalité quant à la nature politique et sociale des Frères Musulmans.

Les intérêts d’Israël et du pétrole ne permettront pas à l’Occident d’être cohérent avec les principes qu’il proclame dans cette région. Il n’a rien appris de la mort de cent mille Algériens à cause de l’annulation (qu’il soutenait avec enthousiasme) de la victoire démocratique du Front islamique du aalut (FIS), après les élections en Algérie de 1991. Il n’a pas appris non plus de la transformation de la bande de Gaza en un camp de concentration épouvantable, à la suite de la non-reconnaissance de la victoire électorale du Hamas en 2006. L’Occident n’apprendra-t-il que quand il sera devenu post-occidental ?

Boaventura de Sousa Santos, sociologue et professeur à la Faculté de sciences économiques de l’Université de Coimbra (Portugal).

Dakar, jeudi 10 février 2011

Traduction : Claire Liénart

Source "Groupe décolonial de traduction" : http://www.decolonialtranslation.com/francais/l-occident-apprendra-t-il.html

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article