Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

/ / /

Magazine «Time» (États-Uni) : Au Japon le communisme se porte bien

Vendredi 22 juin 2007

Article de BRYAN WALSH

Traduction du Parti communiste du Québec (section du Parti communiste du Canada)

 

Mignonne comme «Hello Kitty», personnage créé par la société japonaise Sanrio, Michiko Suzuki, âgée de 19 ans ressemble à la plupart des milliers d'adolescentes qui font du lèche-vitrines dans la rue des magasins de mode du quartier de Harajuku de Tokyo, et lieu de rencontre de la jeunesse.  Mais après avoir fait leurs devoirs et avoir longuement disserté sur Marx, les étudiantes et les étudiants de l'université de Wako, se répandent dans les rues pour distribuer des tracts politiques.  Si ses camarades de classe pensent que le Parti est un lieu de réunion où les jeunes peuvent apporter leur appareil de karaoke, Michiko sait que le Parti est l'organisation d'avant-garde révolutionnaire de la lutte de classe.  C'est que Michiko est une adolescente communiste.

 

Le bolchevisme a de profondes racines au sein de la famille de Michiko.  Fille et petite-fille de membres du Parti communiste japonais (PCJ), elle y a adhéré dès qu'elle a eu dix-huit ans.  «Je pense que c'est «cool» de voir mes camarades lutter inébranlablement», dit Suzuki en souriant timidement.  Et elle ajoute : «J'aime beaucoup le mot «inébranlable»».

 

L'idée que des membres du PCJ soient encore sur le pied de guerre au sein de la seconde plus importante économie mondiale une quinzaine d'années après la chute de l'Union soviétique peut faire penser aux soldats japonais qui étaient restés longtemps cachés dans des îles isolées du Pacifique parce que personne ne leur avait dit que la Seconde guerre mondiale était finie.  Or le PCJ est loin d'être éteint.  Il déclare avoir 400 000 membres, et a recueilli aux élections législatives de 2005    7,3% des votes, soit 4,36 millions de votes.

 

«Le PCJ est probablement le Parti communiste qui, sans être au pouvoir, remporte le plus de succès en Asie et peut-être dans le monde» déclare Lam Peng-er, chercheur attaché de l'Université nationale de Singapore au sein de l'East Asian Institute.

 

Ce succès est dû à la longue histoire du Parti au Japon.  Il a été fondé en 1922, en tant que section de l'Internationale communiste, fédération internationale des partis marxistes-léninistes créé par Moscou.  Le PCJ s'est rapidement adapté aux conditions locales.  C'est l'un des rares groupes politiques japonais à s'être opposé à la montée des militaristes japonais peu avant la Seconde guerre mondiale, et, pour cela, à avoir payé très chèrement cet opposition.

 

«Le PCJ est le seul parti politique à s'être opposé à la guerre d'agression, au prix du sacrifice d'un grand nombre de ses membres», affirme Kazuo Shii.  Vêtu comme un travailleur ordinaire, Shii est le président du Parti communiste japonais.  Par cette ferme position de principe, le Parti communiste a gagné le respect d'un grand nombre de Japonaises/ais à la fin de la guerre. 

À ce moment, devenu légal, le Parti a été autorisé à se présenter aux élections.  Mais les rapides succès du Parti communiste ont effrayé les autorités étatsuniennes d'occupation.  Craignant une infiltration soviétique, ces dernières ont commencé à essayer de briser l'influence du Parti.  Au cours de la "Purge des rouges" de 1949, ils ont destitué tous les communistes et les autres membres de la Gauche des postes qu'ils occupaient au Japon, permettant ainsi au Parti démocratique libéral de dominer les politiques du pays pendant des décennies.  Malgré cela, le Parti communiste japonais a établi, au cours de toutes ces années, un bloc d'opposition de gauche fiable au moyen du Parti socialiste japonais, plus étendu et plus traditionnel, fermement pacifiste et opposé à une alliance de sécurité avec les États-Unis.

 

Bien sûr, les Partis communistes d'autres pays du monde industrialisé, qui ont suivi ce modèle, ont perdu de leur importance au cours des années 1990.  Mais le PCJ, bien que plus faible qu'à son apogée, demeure important dans le domaine politique au Japon.

 

Kazuo Shii attribue la survie du PCJ à son indépendance politique continuelle par rapport à Moscou.  Mais l'endurance du PCJ est plutôt due à son rôle dans les affaires politiques locales.  Les plus grands partis politiques du Japon manquent d'identité claire et cohésive, fonctionnent plutôt en tant qu'alliances d'intérêts manquant de cohésion, n'ont que peu de différences politiques distinguables, et reçoivent de l'appui moins en fonction de leur ligne idéologique qu'en fonction de réseaux personnels de clientélisme établi avec des candidats.  «C'est comme le Tammany Hall», affirme Lam.  L'appui aux partis en tant que tels est faible et s'affaiblit, alors que l'électorat japonais, toujours plus exigeant quant à leurs intensions de votes, cherchent de meilleurs choix politiques.

 

Le PCJ gagne du prestige parce qu'il a vraiment une position, celle de préparer «la société socialiste / communiste», comme l'indique son Manifeste.  «Le PCJ est un parti qui sert de vitrine à des idées mais c'est le seul parti politique du Japon ayant une forte organisation de militantes/ants à la base», déclare Lam.  «D'une certaine façon, les communistes constituent probablement le parti politique le plus moderne du Japon».

 

Bien qu'il n'occupe que 18 des 722 sièges à la Diète, le PCJ est souvent la seule véritable opposition à la manière de faire de la politique à Tokyo, c'est-à-dire comme d'habitude et non autrement.  Le PCJ est pratiquement seul parmi les partis japonais à insister inlassablement pour que le premier ministre Shinzo Abe et les autres politiciens n'étouffent pas la question que le Japon, pendant la Seconde Guerre mondiale, a forcé des milliers de femmes asiatiques à servir de prostituées.  Les politiciens communistes ont à maintes reprises révélées des scandales financiers au sein du gouvernement qui ont été très dommageables.  Ils sont trop éloignés du pouvoir pour être happés par l'engrenage de la corruption endémique qui règne à Tokyo.  «Nous maintenons une surveillance, mais nous faisons plus que cela», affirme Shii.  «Je crois que si le Parti progresse, que nous pourrons jouer un rôle politif majeur au Japon."

 

Peut-être.  Le PCJ est sans doute le plus progressiste des partie dans le domaine de la politique au Japon, mais il adhère encore au marxisme.  (Quand j'ai demandé sur un ton à demi-sérieux à un jeune membre du Parti en âge d'aller au secondaire s'il lisait les classiques, il a ouvert son sac a dos et a sorti la brochure numéro 2 de la traduction en japonais du Capital, qui se compose de 13 brochures.) 

 

Et la cohésion du Parti existe aux dépens de la flexibilité et de l'ouverture, car la discipline léniniste s'applique toujours, et quand le Comité central a adopté une position sur une question, les membres la défendent.  «Cela est incroyablement déphasé par rapport au Japon post-moderne», déclare Lam.  «Mais le PCJ croit que s'il abandonne ces principes, le Parti perdra de sa cohésion».

 

Les résultats du PCJ ne changeront pas les résultats des élections législatives de juillet, qui pourraient décider du sort du premier ministre Shinzo Abe.  Sa popularité a dégringolé au niveau le plus bas au cours des dernières semaines en raison de la colère publique relativement aux fonds de pensions qui ont été mal administrés.  Il pourrait être forcé de démissionner si le Parti démocratique libéral au pouvoir perd trop de sièges.  Mais la majorité de l'électorat japonais choisira sans enthousiasme soit le Parti démocratique libéral soit le Parti démocratique d'opposition.  Mais le Parti communiste japonais recueillera les votes de protestation et peut-être davantage, si les jeunes Japonaises/ais suivent l'exemple de Michiko Suzuki.  «Je crois que mes amies/is et que les personnes qui m'entoure ont beaucoup de difficulté à s'y retrouver, à avoir confiance en elles-mêmes ou en eux-mêmes», dit Michiko.  «Mais étant membre du Parti communiste japonais, j'ai une vision plus large de l'avenir.  Je sais que nous avons des possibilités».  Qui a dit que la guerre est finie?

 

Partager cette page

Repost 0
Published by