Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 08:19

COMMUNIQUE DE PRESSE :

 

Meurtres de Toulouse et Montauban : effroi, douleur et vigilance

 

Après les crimes commis il y a quelques jours à Montauban et Toulouse, l'effroi s'est emparé de nous, citoyens de France.

 

Quelles que soient nos convictions, nos croyances, nos origines, le choc est immense.

 

Le meurtre de sang froid de jeunes militaires, l'assassinat avec le même sang froid d'enfants et d'un adulte dans une école juive nous ont sidérés. La compassion et la solidarité vont aux victimes, à leurs familles, à leur proches.

 

Chacun de nous pouvait, jusqu'à ce jour, échafauder des hypothèses : un "serial killer" fou, un néo nazi, un djihadiste, adepte d'Al Quaïda ... Les informations de la presse accréditent cette dernière hypothèse.

 

Un homme serait à l'origine de ces crimes inqualifiables. Le portrait qui nous en est d'ors et déjà dressé, est le portrait d'un soldat "djihadiste", dont les propos semblent assumer les meurtres au nom d'une guerre contre les militaires français et contre nos compatriotes israélites. Ce combat serait fait au nom, entre autre, des enfants palestiniens assassinés selon les propres paroles du Ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

 

Pour nous, aucun meurtre, aucun propos ou acte antisémite ne peut être commis au nom du peuple palestinien et de ses souffrances.

 

Aucun assassinat d'hommes ou d’enfants n’exonèrent le ou les tueurs de leurs responsabilités.

 

La distinction doit être totale et étanche entre la guerre et les crimes là bas et le vivre ensemble ici.

 

Le combat des idées, des engagements, ne signifie pas la guerre en France ; c'est pourquoi nous tendons la main à nos compatriotes juifs de France afin qu'aucune tension ne viennent ternir le deuil.

 

Engagés depuis des dizaines d'année dans le combat des droits du peuple palestinien, nous condamnons et continuerons de combattre tout acte raciste, antisémite ou islamophobe.

 

Il est urgent qu'une paix, juste et durable soit prononcée au Proche Orient.

Il est urgent que les fauteurs de haine, soient relégués au rayon des tristes et douloureux souvenirs.

 

Nous serons vigilants pour travailler toujours plus à la concorde et au respect.

Nous poursuivrons notre combat citoyen pour les droits du peuple Palestinien de vivre libre, enfin.

 

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 18:31

Génération Palestine Lyon, le Collectif 69 Palestine, le CCRASS (Collectif Critique de Réflexion et d'Actions Sociales et Solidaires) et l’L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

COMMUNIQUE

Nous apprenons avec indignation à l'instant que l'I.E.P Lyon ferme les locaux qui devaient accueillir la conférence « Israël : un Etat d’Apartheid ? » ce vendredi 2 mai à 18 h 00 !

 

 

EST-IL POSSIBLE DE CRITIQUER L'ETAT D'ISRAEL EN MILIEU UNIVERSITAIRE FRANCAIS ?

I.E.P Lyon a fermé.

 

Suite à des menaces reçues. (Nous n'avons pas plus de précisions actuellement). Cette censure à l'I.E.P Lyon fait suite à la fermeture de Paris 8, aux refus de l'ENS et de l'EHESS d'autoriser la tenue de débats sur la question de la Palestine.

 

Il est absolument incroyable que l'on ne puisse tenir cette conférence dans les locaux de l'Institut d'études politiques ! Rappelons qu'un intervenant universitaire d'Afrique du Sud Mbuyiseni Quentin Ndlozi et Wasseem Ghantous, Palestinien de Haïfa se proposaient d'étudier les parallèles entre l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1960-1990 et l’apartheid entre Israël et la Palestine aujourd’hui.

 

La conférence devait également évoquer la campagne pour le « Boycott, Désinvestissement, Sanctions » à l’égard d’Israël, lancée à l’appel de la société civile palestinienne en 2005.

 

Nous posons les questions suivantes :

Est-il possible de critiquer l'état d'Israël en milieu universitaire français ?

Une telle rage devant la notion d'apartheid appliquée à Israël n'est-elle pas révélatrice d'une vérité ?

 

Les associations appelantes tiendront la conférence

quand même à l'heure prévue

dans la cour devant l'I.E.P, elles appellent au soutien de tous.

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 10:22

www.salah-hamouri.fr

Salah Hamouri doit impérativement rejoindre les siens à Jérusalem le 28 novembre 2011 !

Bonjour,

Après la libération de Gilad Shalit, nous dénonçons le cafouillage incroyable du gouvernement sur le sort de Salah Hamouri étudiant franco-palestinien emprisonné depuis 7 ans, et   demandons qu'il soit enfin libéré et rejoigne les siens comme il était prévu le 28 novembre 2011 !

- Selon la nouvelle "loi Shalit", il pourrait se voir ajouter rétroactivement 140 jours de prison supplémentaires.

- Demander comme le fait N. Sarkosy qu'il fasse partie de la "seconde vague" de prisonniers palestiniens libérés, repousserait également sa libération de 3 semaines !

Elus de la république, citoyens, nous vous proposons d'adresser des lettres, appels téléphoniques, courriels en ce sens aux conseillers diplomatiques de l'Elysée, Jean-David LEVITTE et Nicolas GALEY, aux adresses suivantes :


jean-david.levitte@elysee.fr  nicolas.galey@elysee.fr

Vous trouverez ci-dessous plus d'informations sur ce dossier hyper urgent

Nous vous remercions d'avance

Pierre et Dominique, Comité de Soutien du Rhône à Salah Hamouri


Lettre de René Balme maire de Grigny :

Monsieur le Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes
37 quai d’Orsay
75007 PARIS

Objet : Libération de Salah Hamouri
Grigny, le 18 octobre 2011

Monsieur le Ministre,

Le jeune franco-palestinien Salah Hamouri, détenu en Israël depuis le 13 mars 2005, sera supposé avoir purgé la peine à laquelle il a été condamné, le 28 novembre 2011. Cependant, les autorités pénitentiaires israéliennes ont décidé de le maintenir en rétention 140 jours supplémentaires, en application de la loi dite « Shalit ». Je sollicite de votre haute autorité toutes interventions pour garantir la libération de notre compatriote au 28 novembre 2011.

L’accord survenu entre Israël et le Hamas pour la libération de Guilad Shalit et de 1 027 détenus palestiniens est une bonne nouvelle et je le salue. Dès cette annonce, vous avez témoigné de votre satisfaction et déclaré que la France avait œuvré pour obtenir cette libération.

Permettez-moi, cependant, de vous interpeller sur votre silence concernant la libération de Salah Hamouri, alors que vous avez engagé notre pays, fort justement pour la libération de Guilad Shalit. En effet, selon mes informations, Salah Hamouri ne fait pas partie des 1 027 Palestiniens qui seront prochainement libérés.

Permettez-moi d’estimer qu’il vous appartient d’agir auprès des autorités israéliennes pour la libération de Salah Hamouri dès le 28 novembre 2011, d’estimer que vous devez vous engager à l’égal de ce que vous avez entrepris pour libérer Guilad Shalit. La diplomatie française ne peut jouer le « deux poids deux mesures » quand il s’agit de la liberté de ses ressortissants.

Dans l’attente de votre réponse,

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

René BALME
Maire


Lien vers l'émission de France inter :

http://www.franceinter.fr/depeche-gerard-longuet-decouvre-le-dossier-salah-hamouri


A vomir ...

A la suite de la libération de Gilad SHALIT, et en réponse à une question sur Salah HAMOURI, le  Président de la République vient de déclarer qu'il "espérait que le franco-palestinien emprisonné fera
partie de la seconde vague de libération".

C'est intolérable.

Intolérable car Salah doit sortir de prison, selon le jugement, le 28
novembre, et non pas le 18 décembre - date de la seconde vague de libération des prisonniers palestiniens. Sarkozy veut ajouter trois semaines de prison supplémentaires à Salah. Intolérable car tout cela se trame dans le dos des parents de Salah qui ne demandent qu'une chose: que la France veille que cette date de sortie du 28 novembre soit bien respectée. Intolérable car il met Salah en situation d'être arbitrairement expulsé de sa terre qui l'a vue naître et où il entend vivre. Faisons entendre notre voix auprès du président:


Salah doit sortir le 28 novembre. Un point c'est tout !


JC Lefort

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 06:28

 

 

Miraflores, le 17 septembre 2011

 

 

Je m’adresse à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, à cette grande tribune où sont représentés tous les peuples de la Terre, pour réaffirmer aujourd’hui et en ce lieu l’appui total du Venezuela à la reconnaissance de l’État de Palestine, au droit de la Palestine de se convertir en un État libre, souverain et indépendant. Il s’agit là d’un acte de justice historique envers un peuple qui porte en soi depuis toujours toute la douleur et toute la souffrance du monde.

 

Le grand philosophe français Gilles Deleuze a dit, empruntant l’accent de la vérité, dans son ouvrage mémorable La grandeur de Yasser Arafat : La cause palestinienne est avant tout l’ensemble des injustices que ce peuple a subies et continue de subir. Elle est aussi – oserai-je ajouter – une volonté de résistance permanente et irréductible qui est d’ores et déjà inscrite dans la mémoire héroïque de la condition humaine. Une volonté de résistance qui sourd de l’amour pour la terre. Mahmoud Darwish, cette voix infinie de la Palestine possible, nous parle depuis le sentiment et la conscience de cet amour :

 

Qu’avons-nous besoin du souvenir. Le Carmel est en nous. Et sur nos paupières pousse l’herbe de Galilée Ne dis pas : Que ne courrions-nous pas comme un fleuve pour le rejoindre. Nous sommes dans la chair de notre pays. Il est en nous.

 

Contre ceux qui soutiennent à tort que ce que le peuple palestinien a souffert n’est pas un génocide, Deleuze soutient avec une lucidité implacable : « D’un bout à l’autre, il s’agira de faire comme si le peuple palestinien, non seulement ne devait plus être, mais n’avait jamais été. C’est là – comment dire ? – le degré zéro du génocide : décréter qu’un peuple n’existe pas ; lui nier le droit à l’existence. »

 

À ce sujet, saluons la raison le grand écrivain espagnol Juan Goytisolo lorsqu’il affirme catégoriquement : « La promesse biblique de la terre de Judée et de Samarie aux tribus d’Israël n’est pas un contrat de propriété entériné par-devant notaire qui autorise à expulser de leur terre ceux qui y sont nés et qui y vivent. Aussi la solution du conflit du Moyen-Orient passe-t-elle forcément par la justice à rendre au peuple palestinien : telle est la seule voie si l’on veut conquérir la paix. »

 

Nous souffrons et nous indignons en constatant que ceux qui ont subi l’un des pires génocides de l’Histoire se sont convertis en bourreaux du peuple palestinien ; nous souffrons et nous indignons en constatant que le legs de l’Holocauste est la Nakba. Il est simplement indignant de constater que le sionisme continue de recourir au chantage de l’antisémitisme contre ceux qui s’opposent à ses sévices et à ses crimes. Israël a instrumentalisé et instrumentalise d’une façon éhontée et vile la mémoire des victimes. Et il le fait pour pouvoir agir en toute impunité contre la Palestine. Il va sans dire, au passage, que l’antisémitisme est une plaie occidentale, européenne, dont les Arabes ne sont pas partie prenante. De plus, n’oublions pas que c’est le peuple sémite palestinien qui souffre de l’épuration ethnique pratiquée par l’État colonialiste israélien.

 

Qu’on me comprenne bien : une chose est de refuser l’antisémitisme, autre chose, et une autre, très différente, est d’accepter passivement que la barbarie sioniste impose au peuple palestinien un régime d’apartheid. D’un point de vue éthique, quiconque refuse la première doit condamner la seconde.

Qu’ils me soit permis une digression nécessaire : il est franchement abusif de confondre sionisme et judaïsme ; nombre d’intellectuels juifs, tels Albert Einstein et Erich Fromm, se sont chargés de nous le rappeler au fil du temps. Et, aujourd’hui, de plus en plus de citoyens conscients au sein même d’Israël, s’opposent ouvertement au sionisme et à ses pratiques terroristes et criminelles.

 

Il faut le dire clairement : le sionisme, comme vision du monde, est foncièrement raciste. Ces affirmations de Golda Meir, d’un cynisme atterrant, en sont une preuve criante : « Comment pourrions-nous rendre les territoires occupés ? Il n’y a personne à qui les rendre ! Ce qu’on l’on appelle les Palestiniens n’existe pas. Ce n’était pas comme s’il y avait eu un peuple en Palestine, qui se considérait comme le peuple palestinien, et que nous étions venus, les avions jetés dehors et leur avions enlevé leur pays. Ils n’existaient pas. »

 

Rappelons-nous : c’est dès la fin du XIXe siècle que le sionisme a parlé du retour du peuple juif en Palestine et de la création d’un État national qui lui soit propre. Cette prise de position s’imbriquait parfaitement dans le colonialisme français et britannique, comme il ferait ensuite dans l’impérialisme yankee. L’Occident a, depuis toujours, appuyé et encouragé l’occupation sioniste de la Palestine par la voie militaire.

 

Lisez et relisez donc ce document qui est connu historiquement comme la Déclaration de Balfour de 1917 : le gouvernement britannique s’arrogeait la faculté de promettre aux juifs un foyer national en Palestine, en dénigrant délibérément la présence et la volonté de de ses habitants. Et rappelons que chrétiens et musulmans ont vécu en paix, des siècles durant, en Terre sainte jusqu’à ce que le sionisme ait entrepris de la revendiquer comme sa propriété entière et exclusive.

 

Rappelons encore que, dès la deuxième décennie du XXe siècle, le sionisme, profitant de l’occupation coloniale de la Palestine par la Grande-Bretagne, a commencé à développer son projet expansionniste. Et qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le peuple palestinien verrait sa tragédie empirer par son expulsion à la fois de son territoire et de l’Histoire. La résolution 181 des Nations Unies – ignominieuse et illégale – recommanda en 1947 la partition de la Palestine en un État juif, en un État arabe et en une zone sous contrôle international (Jérusalem et Bethléem), concédant ainsi – quelle honte ! – 56% du territoire au sionisme pour qu’il y constitue son État. Cette Résolution violait de fait le droit international et bafouait d’une manière flagrante la volonté des grandes majorités arabes : le droit des peuples à l’autodétermination devenait lettre morte.

 

De 1948 à nos jours, l’État sioniste a poursuivi sa stratégie criminelle contre le peuple palestinien. Pour ce faire, il a toujours pu compter sur un allié inconditionnel : les États-Unis d’Amérique. Et cette inconditionnalité se traduit par un fait bien concret : c’est Israël qui oriente et fixe la politique internationale étasunienne au Moyen-Orient. Edward Saïd, cette grande conscience palestinienne et universelle, soutenait avec force raison que tout accord de paix qui se construirait sur l’alliance avec les USA, loin d’amenuiser le pouvoir du sionisme, le confortera.

 

Toutefois, contrairement à ce qu’Israël et les États-Unis prétendent faire croire au monde à travers les multinationales de la communication et de l’information, ce qui est arrivé et ce qu’il continue d’arriver en Palestine n’est pas – disons-le avec Saïd – un conflit religieux : c’est un conflit politique marqué du sceau du colonialisme et de l’impérialisme ; ce n’est pas un conflit millénaire : c’est un conflit contemporain ; ce n’est pas un conflit qui est né au Moyen-Orient : c’est un conflit qui est né en Europe.

 

Quel était et quel est encore le nœud du conflit ? Le fait qu’on privilégie dans les discussions et les analyses la sécurité d’Israël, jamais celle de la Palestine. L’histoire récente le corrobore : il suffit de rappeler la nouvelle équipée génocidaire déclenchée à Gaza par Israël à travers l’opération Plomb durci.

 

La sécurité de la Palestine ne peut se réduire à la simple reconnaissance d’un auto-gouvernement et d’un auto-contrôle policier limités dans ses « enclaves » de la Rive Ouest du Jourdain et de la bande de Gaza, tout en ignorant non seulement la création de l’État palestinien dans les frontières antérieures à 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, les droits de ses nationaux et le droit de son peuple à l’autodétermination, mais encore le droit à la compensation et le droit au retour de la moitié de la population palestinienne dispersée dans le monde entier, aux termes de la Résolution 194.

 

Il n’est pas croyable qu’un pays, Israël, qui doit son existence à une résolution de l’Assemblée générale puisse mépriser à ce point les résolutions émanant des Nations Unies ! Voilà ce que dénonçait le père Miguel D’Escoto quand il réclamait la fin du massacre de la population de Gaza fin 2008 et début 2009.

 

Monsieur le Secrétaire général ;

Honorables représentants des peuples du monde,

On ne saurait ignorer la crise des Nations Unies. Nous avons soutenu en 2005, devant cette même Assemblée générale, que le modèle des Nations Unies était épuisé. Le fait que le débat sur la question de la Palestine ait été ajourné et qu’on soit en train de le saboter ouvertement en est une nouvelle confirmation.

 

Washington ne cesse de répéter depuis plusieurs jours qu’il opposera son veto, au Conseil de sécurité, à ce qui sera une résolution majoritaire de l’Assemblée générale : à la reconnaissance de la Palestine comme membre de plein droit de l’ONU. Nous avons d’ores et déjà déploré, aux côtés des nations sœurs qui constituent l’Alliance bolivarienne des peuples de Notre Amérique (ALBA), dans la Déclaration de reconnaissance de l’État de Palestine, qu’une aspiration si juste soit bloquée par ce biais. L’Empire, nous le savons tous, prétend dans ce cas comme dans d’autres imposer un deux-poids-deux-mesures dans l’arène internationale : c’est là la double morale yankee qui, tout en violant le droit international en Libye, permet à Israël de faire ce qui lui chante, devenant ainsi le principal complice du génocide que la barbarie sioniste commet contre les Palestiniens. Je rappelle une phrase de Saïd qui met bien le doigt sur la plaie : « compte tenu des intérêts d’Israël aux États-Unis, la politique de ce pays au Moyen-Orient est donc israélocentriste. »

 

Je voudrais conclure en faisant entendre la voix de Mahmoud Darwish dans son mémorable poème « Sur cette terre » :

 

Il y a sur cette terre ce qui mérite de vivre Il y a sur cette terre, Le commencement des commencements, La fin des fins. On l’appelait Palestine et on l’appelle désormais Palestine.


Madame, je mérite, parce que vous êtes ma dame, Je mérite de vivre. Elle continuera de s’appeler la Palestine. Vive la Palestine libre, souveraine et indépendante !

 

Hugo Chávez Frías le 22/09/2011

Président de la République bolivarienne du Venezuela

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 19:59

AGENDA OCTOBRE 2010 : 

 

(l'agenda peut être mis à jour, consultez le sur le site http://collectif69palestine.free.fr )

  Vendredi 8 Octobre 2010 à 20 h 30

Concert pour la Paix

Le Trio Bassma et l’Ensemble la Séréna (Musique Traditionnelle Séfarade)

Au Palais de la Mutualité

1 place Antonin Jutard 69003 Métro D Station Guillotière

Entrée : 15 euros, tarif réduit : 12 euros

contact@collectifbassma.org par téléphone au 06.20.94.39.46

Soutenu par le Collectif69 Palestine

 

Jeudi 14 octobre 2010 de 12 h 00 à 14 h 00

RASSEMBLEMENT

Soutien à Alima et Omar en procès ce jour et à Yamina, Jeanne, Bernard, Sakina, Olivia, Farida, Henri , Mohamed , Aline, Jacques

C’est Israël qu’il faut inculper !

Palais de Justice, rue Servient

Délégation auprès du Président du Tribunal

 

Samedi 16 Octobre 2010 à 9 h 30

action Boycott  Contactez le collectif 69 Palestine

 

Les vendredi 1, 8, 15, 22, 29 Octobre 2010 de 18 h - 19 h

Veille silencieuse de protestation contre l’occupation de la Palestine par Israël et pour exiger la Paix

Perron de l’Hôtel de Ville, Place des Terreaux, Lyon 1er (métro A - Hôtel de Ville)

Veilles organisées par les "Femmes en Noir"

 

Du 10 Octobre au 22 Octobre et du 24 Octobre au 5 Novembre

Prenez le relais des 161 missions CCIPPP en Palestine

MISSIONS "CUEILLETTE DES OLIVES :

renseignements : http://www.protection-palestine.org/

Réunions

mercredi 6 octobre 2010 de 18h30 à 20h30

Réunion mensuelle du Collectif 69 Palestine

Bourse du Travail (Entrée rue Crequi), 1er étage, Salle B, Place Guichard, Lyon 3e (métro B - Guichard)

réunion suivante le mercredi 3 novembre

 

  mercredi 27 Octobre à 17 h 00

Réunion groupe Boycott

Bourse du Travail salle D

 

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 08:58

Comité lyonnais de soutien de Salah Hamouri

 

 

« Dans un pays démocratique,

s’il n’y a pas de preuve,

on doit relâcher un suspect »

 

 

Cette phrase c’est celle des magistrats de la Cour de justice de Petach Tikva (Israël) permettant la libération hier, mercredi 11 août, d’un dénommé Haim Pearlman, un colon israélien extrémiste connu des services et soupçonné d’avoir tué, au couteau, 4 palestiniens et d’avoir tenté d’en tuer 7 autres. A Jérusalem. Faute de « preuves tangibles », il a été donc libéré hier et est rentré chez lui, sur décision de justice puisque « dans un pays démocratique, s’il n’y a pas de preuve, on doit relâcher un suspect ».

 

Et Salah Hamouri ? Aucune preuve de quel acte que ce soit n’a été rapportée devant le tribunal militaire. Rien. Il n’a commis aucun délit d’aucune sorte. Et il a été pourtant condamné à 7 ans de prison sur la base d’une simple « intention » supposée et retenue contre lui par le tribunal. Une intention ! Pas un acte, non, une idée non réalisée dans le pire des cas.

 

Et aucune preuve concrète, et pour cause, n’est venue confirmer cette « intention ». Alors on aurait du « le relâcher ». Et il est en prison depuis plus de 5 ans. Et on lui a refusé une remise de peine. Et que dit, que fait que le Président de la République pour libérer notre compatriote qui, encore une fois, est le plus vieux prisonnier politique français sur cette planète. Que fait-il pour exiger sa libération tandis qu’il est innocent ?

 

Ce nouveau fait confirme que personne ne peut croire que la France considère de manière égale Salah Hamouri et les autres. Il y a discrimination indiscutable. C’est une honte nationale. Mais le silence complaisant du Président vis-à-vis des autorités israéliennes de même que son silence méprisant à l’égard de la famille de Salah n’y changeront rien quoi qu’il en pense : les vagues répétées de la mer ont toujours raison des rochers les plus durs. A force ils craquent.

 

Plus que jamais faisons entendre nos voix : alors que cela va faire dans moins d’un mois 2.000 jours que Salah est en prison ce n’est pas le moment de cesser de réclamer justice et d’exiger sa libération immédiate en intervenant auprès du Président en vacances. Son adresse : M. Mme. Nicolas Sarkozy « Domaine du Cap Nègre » 83980 Le Lavandou.

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 07:20

Boycott Désinvestissement Sanction :

- L'article complet avec photo : http://collectif69palestine.free.fr/article.php3?id_article=261

- Pour participer activement à la campagne BDS dans le Rhône, le collectif 69 Palestine fait partie du groupe   bds69@googlegroups.com , vous pouvez demander à en faire partie en répondant à ce mail

Nous invitons à ne pas acheter des dattes en provenance d’Israël. Devant la colonisation des terres et des maisons palestiniennes, devant les crimes de l’état israélien toujours impunis, nous invitons à renforcer la campagne de boycott, et en occurrence à vérifier la provenance des dattes que nous achetons.

La culture des dattes est l’activité agricole principale de près de 50 % des colonies israéliennes illégales de la vallée du Jourdain et contribue fortement à leur viabilité économique.

Près de 80 % des dattes israéliennes sont exportées, principalement en Europe (autour de         1 000 tonnes en France). La culture des dattes est un dur labeur et les Israéliens emploient des agriculteurs palestiniens pour ce travail très dangereux.

En juin 2009, l’armée israélienne a démoli deux villages de la vallée du Jourdain ainsi que les moyens d’accès à l’eau dont les villageois dépendent pour survivre.

Le 24 juin, des ordonnances d’expulsion avaient également été remises par l’armée israélienne à deux familles (15 personnes, dont 5 enfants) vivant dans le village de Ein el Hilweh, dans le nord de la vallée du Jourdain

Le 19 juillet 2010, l’armée israélienne a démoli 23 maisons à Al-Farisiya également dans la Vallée du Jourdain

Si rien n’est fait, les Palestiniens qui résistent encore deviendront à leur tour des esclaves et la Cisjordanie sera annexée à Israël. Très isolés, les villageois se réjouissent de la solidarité et des pressions internationales contre Israël. Au fur et à mesure que l’attention internationale se détourne d’eux, la menace se fait plus vive.

A la veille du Ramadan, un grand nombre de commerçants proposent à leurs clients des dattes Medjoul en provenance des colonies installées dans la Vallée du Jourdain en Palestine occupée. Si l’origine de ces produits n’est pas toujours mentionnée afin de tromper le consommateur, les marques néanmoins sont maintenant connues.

AGREXCO : Carmel, Jordan plain, Jordan valley

HADIKLAIM : King Salomon, Jordan River

ATTENTION : les dattes vendues par sachet de 200g (3,00€/sachet) de la marque Auchan sont d’origine israélienne.

On peut aussi acheter des dattes palestiniennes

Il est facile de reconnaître des dattes produites et exportées par les agriculteurs palestiniens et donc d’origine 100% palestinienne.

En effet ; il faut pouvoir lire sur la boite "Produit de Palestine" ou bien "Made in Palestine"

 

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 10:50

Blocus de Gaza : ce n’est qu’un début...

 

 communiqué de l'Association france Palestine Solidarité (AFPS)

 

C’est la première fois depuis son investiture, en février 2009, que le gouvernement Netanyahou-Lieberman-Barak recule.

Certes, l’allègement du blocus de Gaza, qu’il a annoncé le 20 juin, est très relatif. De nombreux produits restent interdits d’importation, notamment les matériaux de construction. Sur la question des exportations, le flou demeure total, de même que sur la liberté de déplacement des personnes.

Il n’empêche : la prison à ciel ouvert qu’est ce territoire meurtri, cadenassé depuis quatre ans a commencé à se fissurer. Et cette première avancée, les Palestiniens la doivent uniquement au mouvement international de solidarité à leurs côtés : la "Flottille de la liberté" aura obtenu, en quelques jours, plus que les diplomates occidentaux en plusieurs années.

MM. Sarkozy et Kouchner tireront-ils la leçon de l’événement ?

L’adhésion d’Israël à l’OCDE a poussé leurs "amis" israéliens au pire, l’action des pacifistes les a fait reculer.

L’Association France Palestine Solidarité appelle tous ses militants à transformer cette avancée en victoire, en obtenant la levée totale du blocus de Gaza qui est inhumain et qui constitue une punition collective illégale.

Elle les invite dans ce but à amplifier la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanction.

Elle se prononce enfin pour l’envoi, dans l’unité la plus large et la transparence la plus totale, d’un bateau français vers Gaza.

 

Paris, le 23 juin 2010.

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 11:18

La Fédération Syndicale Mondiale condamne fermement le nouvel acte de barbarie Israélien qui a eu comme conséquences le meurtre de personnes qui voulaient seulement manifester leur solidarité avec le peuple palestinien.

Nous sommes fermement du côté du peuple palestinien et nous réclamons immédiatement le retrait de l’occupation des territoires occupés et que le blocus soit levé et que tous les passages et laisser passer soient directement ouverts sans restrictions.

Nous demandons la reconnaissance de l’Etat Palestinien avec Jérusalem comme capitale.

Nous demandons que l’ONU et les organisations internationales condamnent cette nouvelle incursion de l’armée israélienne et la politique des Etats Unis qui la soutient.

Nous appelons tous nos affiliés et amis à manifester par tous les moyens leur solidarité avec le peuple palestinien.


Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 08:20

Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme

(Pads)

 

Condamnons l'agression criminelle de l'armée israélienne contre la flottille de la Liberté solidaire avec le peuple palestinien pour briser le blocus!

 

L'attaque criminelle et sauvage perpétrée à l'aube de ce jour 31 mai s'est soldée par la mort de 16 personnes et des dizaines de blessés parmi les militants de la paix provenant d'une cinquantaine de pays, palestiniens, arabes, turcs, grecs, espagnols et autres, juristes, parlementaires européens, Présidents d'organisations et d'associations de différents pays.

Le Parti algérien pour la démocratie et le socialisme, ses sympathisants et ses amis, expriment leur indignation face à cette attaque qui démontre qu'Israël et son gouvernement fasciste méprisent au plus haut point les lois internationales et la paix de même que l'opinion mondiale révoltée par cette agression et la poursuite de l'occupation, de l'expropriation des palestiniens, du déni de leur doit à la vie dans la dignité, la liberté et l'indépendance.

Ce nouveau crime a atteint un point culminant dans la barbarie que l'Etat israélien exerce depuis des dizaines d'années, dans la répression du peuple palestinien en lutte pour ses droits sur sa terre, pour la constitution de son Etat indépendant ayant pour capitale Jérusalem-est, pour le droit au retour dans leurs terres et leurs maisons occupées des réfugiés palestiniens.

Cet acte barbare, comme les dizaines d'autres actes criminels précédents commis par Israël se distingue par son escalade dans l'agression, dans l'impunité et le sentiment qu'il n'aura pas de comptes à rendre. Il ne menace pas seulement le peuple palestinien ou l'ensemble des peuples de la région mais de nombreux autres dans le monde s'il n'est pas mis fin au caractère expansionniste et belliqueux de cet Etat. Jamais la bande de fascistes qui dirigent Israël ne se serait permise des crimes aussi sauvages si elle ne jouissait pas en permanence dans ses agressions du soutien et de la sympathie des Etats-Unis et de l'Union européenne ainsi que d'autres puissances impérialistes, sans oublier la reddition des régimes arabes.

La responsabilité dans cette lâche agression n'incombe pas seulement à Israël.  Elle est entièrement partagée par les puissances impérialistes et réactionnaires qui lui garantissent l'impunité pour ses actes criminels horribles. C'est pourquoi les forces progressistes et démocratiques dans le monde et, en premier lieu dans la région, doivent agir dans toutes les directions et utiliser tous les moyens légaux, juridiques, matériels et moraux pour punir les responsables de ce crime.

Parmi ces moyens:

1- Exiger des Nations Unies et du Conseil de Sécurité la condamnation de cette agression et la prise des décisions nécessaires pour sanctionner de façon effective ses responsables conformément à leurs résolutions et à la légalité internationale;

2- Une action des Etats arabes - même si nous savons qu'ils sont incapables de prendre une position sérieuse- en vue de décisions énergiques non seulement pour condamner cette agression, mais aussi pour sanctionner Israël, comme la rupture des relations entretenues avec elle par certains Etats, l'intensification de toutes les formes de boycottage, parmi lesquels la suspension des pourparlers indirects et le rejet du processus de normalisation désiré par Israël sans contrepartie, jusqu'à ce qu'il reconnaisse effectivement les droits du peuple palestinien et des peuples de la région tout entière;

3- Le renforcement de l'unité du peuple palestinien, de toutes ses forces et fractions pour affronter l'agression israélienne, par tous les moyens, y compris la résistance armée menée avec discernement et de façon consciente, pour contraindre Israël à évacuer l'ensemble des territoires occupés depuis juin 1967, à reconnaître les droits nationaux du peuple palestinien, notamment la constitution de son Etat indépendant ayant pour capitale Jérusalem-Est, le retour des réfugiés palestiniens dans les foyers dont ils ont été chassés;

4- Renforcement de la solidarité avec le peuple palestinien dans sa juste lutte pour le recouvrement de ses légitimes droits nationaux, de la part des forces démocratiques et de paix, de l'opinion internationale, pour obliger Israël à se soumettre à la légalité internationale, aux résolutions de l'ONU  reconnaissant au peuple palestinien son droit à la liberté et à la souveraineté dans ses terres.

 

Le PADS invite les travailleurs, les masses populaires, les forces démocratiques et progressistes, partout dans le monde, à se rassembler autour de la cause du peuple palestinien, de la cause de tous les peuples en lutte pour leur souveraineté, à leur apporter un soutien matériel et moral plus grand, à dénoncer les manoeuvres agressives d'Israël, à obliger cet Etat à accepter de vivre en paix avec les peuples de la région.

 

 

PADS 31 mai 2010

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article