Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 10:24

Grèce: signez la pétition à l'initiative de « l'Humanité »:

Solidarité avec la résistance grecque

Le Peuple grec est en situation de légitime défense. On tente de lui imposer des politiques d'austérité insupportables. Les plans successifs échafaudés à Bruxelles ou par le conseil européen et présentés à intervalles de plus en plus réguliers comme le seul moyen de le « sauver » du surendettement et de « sauver » l'euro, sont à chaque fois en échec. En se soumettant toujours davantage au diktat des marchés financiers on ne traite pas le malade. On le tue. Poursuivre dans cette voie est aussi insensé que dangereux. L'austérité, fait mal aux peuples européens, elle frappe aussi l'Europe de plein fouet. Il faut un véritable plan de solidarité avec la Grèce. C'est aussi la seule voie du salut pour l'euro et les partenaires européens d'Athènes. La Banque Centrale Européenne (BCE) doit aider à relancer la croissance et l'emploi en Grèce et partout ailleurs, en finançant - au taux auquel elle prête aux banques à 1% voire moins -, les États et leurs services publics, en leur permettant ainsi de sortir de leurs dépendances des marchés financiers et de leurs taux d'intérêt usuraires. Partout aujourd'hui la

croissance décline.

 

 Une nouvelle récession menace la zone euro. La démocratie est piétinée. Des gouvernements non élus, comme celui d'Athènes, sont désignés, des aréopages bureaucratiques dictent leur loi aux assemblées élues. Des décisions autoritaires sont prises pour forcer les résistances populaires contre l'écrasement des salaires et des protections sociales. La construction européenne ne survivra pas à cette fuite en avant. Les peuples en lutte contre l'austérité ont raison. Ils ont besoin de toute notre solidarité. Nous appuyons l'idée avancée par des économistes, des acteurs du mouvement social et des forces de gauche pour que, par le rachat de titres de dette publique à l'émission, la BCE finance directement les États et leurs services publics.

 

Ce serait là le seul moyen de casser les ressorts de la spéculation contre les dettes publiques. Les différents partenaires de la zone euro doivent pouvoir user du pouvoir de la BCE de créer de l'argent pour financer les immenses besoins de notre temps (sociaux, écologiques, énergétiques, sanitaires etc) et répondre enfin présent à la nécessaire solidarité européenne. Elles ne sont pas inflationnistes puisqu'elles impulsent une productivité supérieure et écologique et des créations de richesses nouvelles dans toute la zone euro. Le Fonds Européen de Stabilité Financière mis en place par l'UE doit être transformé en un fonds européen de développement social et écologique et dévoué à cette optique. Et la recapitalisation des banques ou leur nationalisation doit être conditionnée à une autre politique du crédit au service de ces objectifs. L'Europe est à un tournant. Elle ne peut sortir de la crise que si elle s'émancipe de la dictature des marchés financiers et se rend capable d'une promotion sociale, démocratique et écologique partagée.

Pour signer la pétition et marquer votre solidarité:

Connectez vous sur :

http://www.humanite.fr/politique/grece-signez-la-petition

 Laissez un commentaire

Inscrivez vous aux newsletters

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 22:37

A mes amis et connaissances

  

Mon ami personnel Zbigniew m’a confirmé les faits mentionnés dans l’article publié par le Docteur B.Majorow invoquant explicitement la violation de la Constitution polonaise, qui - comme la plupart des constitutions européennes – postule la liberté de la recherche scientifique et de l’enseignement et l’égalité des droits de tous les citoyens.

Je demande à mes amis et connaissances d’aider à mobiliser les progressistes des Universités et des Grandes Ecoles, en intervenant auprès du Président de la République de Pologne afin d’exiger le respect de la Constitution de la Pologne et des Droits de l’Homme.

 

Les lettres sont à adresser à

 

Monsieur le Président de la République de Pologne, Bronislaw Komorowski,  ul. Wiejska 10, PL – 00-498 Warszawa

 

Je me permets de recommander aux expéditeurs de mentionner leurs titres universitaires personnels, afin que la protestation paraisse bien émaner de membres appartenants au milieu scientifique.

 

Je n’ai pas proposé de lettre modèle, la pluralité intellectuelle de la protestation étant susceptible de donner plus de poids à la démarche.

 

Ceux qui acceptent d’apporter cette aide peuvent m’adresser en toute confiance copie de la lettre adressée à Monsieur Komorowski, afin que je puisse informer Zbigniew Wiktor et le public en temps opportun (et après accord) de l’étendue de la protestation.

 

Je transmets le salut chaleureux de mon ami Zbiggniew.

Solidairement vôtre, Gerd Hommel, Juriste, Dohnaer Platz 9,01239 Dresden, Tel. : 0351-2882128, Gerd.hommel@arcor.de RFB.hommel@arcor.de

www.rfb-online.org

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 22:32

 

Amicale Révolutionnaire Ernst Thälmann – Le Président

 

Les anticommunistes retirent à

Zbigniew Wiktor son titre de  Professeur

 

Dans les années qui ont suivi 1989, lorsque le pouvoir juridique ne rencontrait encore aucune entrave en Pologne, les universitaires de gauche n’étaient absolument pas rares. C’est ainsi que le Docteur Zbigniew Wiktor de l’Université Karl-Marx de Leipzig fut habilité en 2003 à enseigner en qualité de Professeur émérite à l’Université de Wroclaw. Il y enseignait à l’Institut d’Etudes Politiques.

 

A cette époque, il n’y avait apparemment aucun problème à ce qu’il fût le cofondateur et chef de la Fédération des Communistes Polonais. Zbigniew Wiktor est connu par les lecteurs et les membres de l’Association Front Rouge à travers ses exposés et ses articles  engagés et il a la réputation d’être un homme fort sympathique. En Pologne, il fut particulièrement remarqué par l’excellente analyse qu’il fit dans son livre sur la Chine. Toutes les tentatives précédentes de l’évincer échouèrent  en raison de sa réputation de scientifique et de sa popularité auprès des étudiants.

 

Avec l’arrivée au pouvoir des frères d’extrême droite Kaczynski en 2005, la situation changea du tout au tout. A partir de cette époque, la chasse aux sorcières anticommuniste prit en Pologne des proportions jusqu’alors inconnues. Avec la loi du 14 juin 2010, ce ne furent pas seulement les symboles communistes, mais aussi toute prise de position en faveur du peuple polonais qui furent interdits et condamnés. On assiste ainsi dans les Grandes Ecoles au « nettoyage » des militants de gauche. Tous les Professeurs éminents durent se plier à une  parodie de contrôle.

 

Le Professeur Wiktor se vit refuser sa chaire de Professeur au mépris de ses travaux de chercheur. La raison invoquée est grotesque : on mit en cause ses aptitudes en raison  de ses « réalisations scientifiques de qualité moyenne». La plupart de ses publications révèleraient des « lacunes méthodologiques ». En clair : on lui reproche en tant que marxiste de « ne pas être en mesure de réaliser un travail scientifique ». On lui reproche par ailleurs de ne pas avoir publié d’articles dans des revues universitaires.

 

Tout cela est inexact. Le Professeur Wiktor a écrit dix ouvrages et publié plus de deux cents articles dans des périodiques scientifiques réputés. Peu de monde est en mesure de le rivaliser sur son cursus : il a exercé comme professeur d’enseignement supérieur dans les Universités de Wroclaw, Moscou, Leipzig, Illinois (USA), et Wuhan (Chine). Au cours de quarante-six années de carrière, il a dirigé plus de trois cents diplômes et de nombreuses thèses de doctorat. Cela suffirait à lui conférer le titre de Professeur.

 

La procédure à l’encontre de Zbigniew Wiktor est en contradiction avec l’esprit de la constitution et les statuts de l’Université de Wroklaw. Devant cette situation, ses adversaires politiques, si prompts par ailleurs à se réclamer de l’état de droit et de la tolérance, restent de glace.

 

Une comparaison : le Président polonais Lech Kaczynski qui a péri lors d’un accident en 2010 - il fut l’inspirateur de cette action indigne contre les Universitaires de gauche – reçut en 1996 le  titre de Professeur d’Université, alors que ses travaux scientifiques sont totalement inconnus.

 

Dr. Bernhard Majorow

 

(Dans Rotfuchs N° 167 / décembre2011)

 

Traduction : Jean Bonhomme

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 07:53

 

Communiqué de presse de l’UL CGT LIEVIN

Le communiqué du 9 février signé par la CGT à propos des évènements en Syrie, est d'une dangerosité sans pareille. Il est criminel. Je m'en désolidarise totalement.

 Nous devons demander des comptes à Thibault et à la direction nationale de la CGT devant cette infamie. Thibault soutenant Sarkozy Merckel et Obama ça défrise. Il suffit de regarder honnêtement les infos pour savoir que comme en Libye l'impérialisme, ennemie des peuples du monde et du notre en particulier est à la manœuvre pour détourner une juste lutte du peuple Syrien à son profit; Mon écœurement est total et, camarade, les choses ne peuvent pas en rester là. Thibault doit rendre des comptes.

J'apporte mon soutien total à la lutte du peuple Syrien qui souhaite que ses revendications fondamentales soient satisfaites. Ce peuple a le droit de régler lui même ses propres affaires sans intervention extérieure, ce qui en train de se passer.

Les personnes honnêtes, les militants qui cherchent des infos sur ces luttes les trouvent. Ceux qui croient comme vérité d'évangile une presse et une radio aux ordres qui annoncent chaque jour depuis plusieurs mois qu'il y a des centaines de tués en Syrie et donne le même chiffre de 6 000 ne sont pas crédibles.

Les reportages montrant que des milices sur armées mènent une véritable guerre contre le pouvoir actuel et le peuple syrien sont facilement accessible. Les ordinateurs de la confédération sont ils en panne?

_______________________

Jacques Lacaze

Secrétaire Général
Union Locale CGT de Liévin
64 rue Victor Hugo
62800 Liévin

 

 

 

 

 

 

Communiqué commun CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA sur le site de la CGT (http://www.cgt.fr/Halte-aux-massacres-en-Syrie.html)

 

Halte aux massacres en Syrie !

jeudi 9 février 2012

6000 tués par les forces de répression depuis près de 11 mois de contestation du régime syrien par la rue. Le massacre doit s’arrêter !

Les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, UNSA, FSU et Solidaires saluent le courage incroyable du peuple syrien qui s’est soulevé pacifiquement contre le pouvoir despotique familial et corrompu de la famille Assad. Chaque jour ce sont des milliers de personnes qui protestent malgré une répression sauvage et qui maintenant doivent faire face à une véritable guerre à Homs et dans d’autres villes insurgées.

Assad a déclaré la guerre à son propre peuple. Face à ces crimes contre l’humanité, les responsables de ce régime qui ne possède plus aucune légitimité devront répondre devant la justice des atrocités commises.

La Syrie ne pourra désormais plus rester isolée ni le régime imposer sa terreur. Ce n’est qu’une question de temps. Mais combien faudra t-il de morts pour que la communauté internationale puisse condamner ce régime sanguinaire et imposer des sanctions contre celui-ci et ses dirigeants ?

Le vent de libertés qui depuis plus d’un an souffle sur les pays arabes a emporté plusieurs despotes. Le régime syrien touche lui aussi à sa fin. Et comme en Egypte, en Tunisie, en Libye, au Yémen, au Koweit ou au Bahrein, la société civile syrienne fera valoir ses droits et un syndicalisme indépendant émergera.

Les organisations syndicales françaises soutiennent l’appel à manifester des associations syriennes de France :


Le samedi 11 Février 2012 à 14 heures à Paris
Départ métro Temple, rue de Turbigo
en direction de la Place des Victoires
.

 

 

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 08:50

 

         

 

 

PETITION  lancée à l’initiative du COMITE INTERNATIONALISTE pour la SOLIDARITE DE CLASSE (CISC)

et de l’ASSOCIATION des AMIS d’EDOUARD GIEREK (France)

 

 

A M. le Président de la Commission des Droits de l’Homme de l’O.N.U. ; Copie à M. l’Ambassadeur de la République de Pologne en France ; Copie pour demande d’intervention à M. le Ministre des Affaires étrangères de la République française.

 

NON à la CHASSE aux SORCIERES en POLOGNE et en EUROPE !

Le PROFESSEUR polonais Zbigniew WIKTOR doit être rétabli dans tous ses droits universitaires !

 

En application d’une loi scélérate de 2010 qui viole à la fois la liberté d’opinion et l’indépendance des universitaires, le professeur Zbigniew Wiktor vient d’être exclu de sa chaire de professeur de l’université polonaise de Wroclaw.

Les prétextes évoqués sont grotesques tant le professeur Zbigniew Wiktor a montré de compétences dans son travail d’enseignant-chercheur. Le vrai motif de l’exclusion indigne qui le frappe est que Z. Wiktor préside la Fédération des communistes de Pologne.

En effet, dans la Pologne prétendument « anti-totalitaire » actuelle, les symboles communistes auront été criminalisés (la loi scélérate visant à les criminaliser prévoit de punir de deux ans de prison le fait de porter un vêtement à l’effigie du « Che » !!!) et les enseignants sont soumis à un contrôle idéologique qui n’est pas sans rappeler les activités liberticides du sénateur états-unien Mac Carthy de sinistre mémoire.

Cette atteinte aux libertés survient dans un climat général marqué par la répression anticommuniste dans toute l’Europe orientale. Dans le même temps, des gouvernements fascisants prétextent de l’anticommunisme pour banaliser le fascisme et réhabiliter le nazisme. Ainsi les Etats baltes encensent-ils ceux qui combattirent l’URSS aux côtés des nazis ; ainsi, le président roumain actuel de la Roumanie va-t-il jusqu’à dire qu’il aurait envoyé des troupes à Stalingrad pour aider Hitler à vaincre l’Armée rouge ! Ne parlons pas d’Orban, le fascisant dirigeant hongrois, qui a ouvertement entrepris de fasciser la vie politique de son pays. 

Cette chasse aux sorcières tend d’ailleurs à déborder sur l’Europe occidentale : des militants antifascistes italiens viennent ainsi d’appeler à combattre l’entreprise fascisante qui vise à criminaliser le communisme au pays de Gramsci.

Quant à l’Union européenne, c’est peu dire qu’elle reste passive devant ces attentats contre la liberté. C’est de Bruxelles et de Strasbourg que vient l’impulsion qui tend à criminaliser à l’échelle continentale l’URSS et les communistes, lesquels ont pourtant joué un rôle décisif dans la victoire sur Hitler, de Stalingrad aux Brigades internationales d’Espagne en passant par les combats des FTPF et des FTP-MOI. Des textes scélérats ont été votés à Strasbourg pour mettre sur un pied d’égalité le pays de Stalingrad et le Troisième Reich au mépris de cette vérité historique naguère proclamée loyalement par le Général De Gaulle : « les Français savent que la Russie soviétique a joué le rôle principal dans leur libération ».

Laisser l’extrême droite et ses relais gouvernementaux criminaliser les communistes et leur histoire en Pologne et en Europe de l’est, encourager ces attaques liberticides au niveau européen, c’est prendre d’énormes risques pour la liberté de tous en Pologne et dans tous les pays actuellement membres de l’Union européenne.

C’est pourquoi les soussignés demandent instamment :

·         que le professeur Wiktor soit rétabli dans tous ses titres,

·         que les lois d’exception anticommunistes soient supprimées,

·         que les communistes et tous les courants ouvriers, démocratiques et populaires puissent militer librement partout et que l’extrême droite pro-nazie et raciste soit mise hors d’état de nuire au lieu d’être banalisée et réhabilitée.

 

****************************************************************************************************************************************************************************************

Initiateurs : Henri Alleg, président d’honneur du C.I.S.C., a. directeur d’Alger républicain, auteur de La Question ; Désiré Marle, prêtre-ouvrier, président du CISC, Georges Gastaud, Vincent Flament, Stéphane Dubois, secrétaires du CISC ; Jacques Kmieciak et Georgette Tournel, militants de l’Association des Amis d’Edouard Gierek (France)

*************************************************************************************************************************************************************************

Comité de parrainage : Daniel Antonini, resp. international du Pôle de Renaissance Communiste en France (62) ; Gilles Bachelier, dirigeant du Collectif National des Gaullistes de Gauche (75) ; Jean-Jacques Candelier, député PCF du Nord ; Maurice Cukierman, historien, responsable international de l’URCF ; Michel Decourcelles, responsable de la Coordination communiste 59/62 ; Jean-François Dejours, enseignant syndicaliste, secrétaire de l’Université populaire Ch’ti Guevara (59) ; Denise Desaigle, a. syndicaliste EPS (31) ; Roland Diagne, du Rassemblement des cercles communistes ; Aurélien Djament, chercheur en maths, syndicaliste (44) ; Nicolas Douchin, ingénieur, militant communiste (31) ; Alexandre Droban, universitaire, Moscou, Russie ; Bruno Drweski, Maître de conférences HDR, INALCO, Paris, Ginette Dubat responsable du Centre de Recherches et de Documentation Marxiste (69) ; Cyrille Ferro-Steyaert, fonctionnaire ; Barbara Y. Flamand, écrivain, Belgique ; François Eychart, secrétaire général des Amis d’Aragon et d’Elsa Triolet ; Virginia Fontes, historienne, Rio de Janeiro ; Benoit Foucambert, enseignant syndicaliste (81) ; Leïla Ganem, rédactrice en chef de Bada El Beiruth, Liban ; Marc-Olivier Gavois, professeur d’histoire (13) ; Jean-Jacques Gendillou, maire de la commune de THOURON Haute Vienne – France ;Sylvie Guduk, enseignante, syndicaliste (59) ; Georges Hage, député honoraire du nord, médaille de l’Amitié des peuples de la République de Cuba ; Georges Hage, député honoraire du Douaisis ; Odile Hage, conseillère municipale de Douai, secrétaire de la section du PCF (59) ; Jean-Pierre Hemmen, fils de commandant FTP fusillé par les nazis, vice-président du PRCF (81) ; Eric Macia, juriste (34) ; Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à Paris VII (78) ; Léon Landini, a. officier F.T.P.-M.O.I., président du P.R.C.F. (92) ; Gilda Landini-Guibert, agrégée d’histoire (78) ; Jean-Claude Lanvin, prof. de philo retraité (84) ; Thérèse Lévené, enseignante-chercheuse à Lille 1 ; Pierre Lévy, enseignant en géopolitique, directeur du journal Bastille-République-Nations ; Domenico Losurdo, philosophe (Italie) ; Jacques Maillard, physicien au CNRS ; Antoine Manessis, resp. PRCF relations inter-organisations (38) ; Dimitri Manessis, syndicaliste étudiant (38) ; Annette Mateu-Casado, enseignante retraitée (66) ; Dominique Mutel, professeur agrégé d’anglais (62) ; Laurent Nardi, professeur de français (74) ; Jean-Pierre Page, a. dirigeant du PCF et de la CGT ; Bernard Parquet, syndicaliste EDF (94) ; Jean-Michel Pascal, ingénieur ITRF (75); Gaston Pellet, directeur de site (30) ; Pierre Pranchère, a. résistant FTPF, a. député (19) ; Jean-Luc Pujo, président des Clubs « Penser la France » ; Pascale Noizet, m. du C.C. du PCF ; Gilles Questiaux, professeur d'histoire, PCF-Paris 20ème; William Roger, enseignant, syndicaliste (59) ; Roger Romain, ancien conseiller municipal de Courcelles, militant du PTB (Belgique) ; Marcelle Sage-Pranchère, militante associative (75) ; Jany Sanfelieu, enseignante retraitée, conseillère municipale (86) ; Roger Silvain, syndicaliste CGT Renault-Billancourt, président du Front Syndical de Classe (92) ; Rose-Marie Serrano, enseignante ; Jean-Pierre Sienkiewicz, enseignant syndicaliste (62) ; Stéphane Sirot, historien (59) ; J.-Cl. Soulier, travailleur de l’Etat (78) ; Claude-Emile Tourné, médecin (66) ; Henri Vacher, militant communiste, syndicaliste FSU (87) ; Serge Zaina, syndicaliste EDF (06) ; Serge Zajac, professeur de philosophie (59) ;

 

 

******************************************************************************************************************************************************

PETITION INTERNATIONALE

 

 

Nom-prénom                   qualité                      AdresseS postale et/ou informatique                                                       signature

 

Pour signer renvoyer votre signature avec qualités (profession et/ou responsabilités militantes ou associatives), adresse complète, adresse courriel,

à gastaudcrovisier2@wanadoo.fr(sans P.J. svp). Merci.

***************************************************************************

Deuxième liste – 12 février 2012. René Coucke, médecin psychiatre (59) ; Bernard Guillaumin, responsable PRCF 78 ; 1) Jean Van Hees - 21 Vieux Chemin de Nivelles - 1440 Braine-le-Château - Belgique -jean.vanhees@yahoo.fr; cadre de direction retraité (Fortis) ; Elisabeth Peeters, secrétaire de l’Association Dialogue des Peuples, ASBL fondée en 1980 (Belgique), secrétariat : 16 place de l'Altitude Cent - 1190-Bruxelles (Belgique) ; Michelle Mallet, militante syndicale PTT (78) ; Joël Vulstecker, enseignant, syndicaliste (62) ; Edouard Martin - 19, rue de la Liberté - 12 MILLAU ; Michèle Crovisier, enseignante (03) : Michel Lafelice, historien, 13 ; Alex Falce, syndicaliste, PRCF 06 ; Etorix De Angelis, PRCF 06, Combattant pour le Viêtnam socialiste ;

 

 

 

 

 

 

Note de dernière minute sur l’évolution de la situation de Z. Wiktor

 

Il semble d'après les dernières informations reçues des universités polonaises que la pression visant à bloquer dans un premier temps la carrière du professeur Zbigniew Wiktor pour en finale aboutir à son élimination du monde universitaire polonais se heurte à de fortes résistances tant de la part des chercheurs des disciplines humanistes de l'université que de la part d'une grande partie de la communauté étudiante de Wroclaw. En effet, le professeur Wiktor est largement apprécié de beaucoup de ses collègues pour les apports que ces travaux ont apporté dans le domaine de la recherche ainsi que pour son dévouement et sa gentillesse. Il est également très soutenu par beaucoup de ses étudiants et anciens étudiants. Les attaques qui le visent viennent d'ailleurs de secteurs qui ne sont pas en rapport direct avec lui, mais qui sont liés aux dites "sciences dures", de la part d'enseignants-chercheurs connaissant mal les règles de la méthodologie scientifique en sciences humaines, mais connus en revanche pour leurs opinions politiques et idéologiques radicalement conservatrices et bénéficiant par ailleurs de subsides privilégiés de la part des pouvoirs étatiques et apparemment aussi privés, polonais comme étrangers.

Dans ce contexte, les mesures visant le professeur Wiktor tendent à devenir aujourd'hui plus "graduelles", ce qui explique qu'il peut continuer à enseigner dans son université pour le semestre en cours et que la question de son licenciement n'est plus posée explicitement par ses adversaires. En revanche, le blocage de son avancement et de ses possibilités d'accéder à des fonctions lui permettant de mieux développer ses capacités de recherche et de pédagogie sont toujours d'actualité."

 

Bruno Drweski ; lu et approuvé G. Gastaud 13 février 17 h.

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 17:12

Communiqué du Collectif communiste Polex


Non au consensus pro-impérialiste

 

Depuis maintenant plusieurs mois, l’impérialisme occidental, États-Unis en tête, avec Sarkozy-Juppé et l’émir du Qatar en brillants seconds, cherche à renverser au profit de ses protégés le gouvernement de la Syrie, selon le procédé qui a été mis en œuvre en Libye (insurrection armée, intervention étrangère à prétexte humanitaire, et conquête).

 

Ceux d’entre nous qui combattent l’impérialisme depuis longtemps, et qui restent fidèles aux idéaux de paix et d’égalité entre les peuples, répètent que toute intervention extérieure dans la guerre civile en Syrie est inacceptable et irresponsable.

 

C’est pourquoi nous avons été choqués de voir un appel à manifester à Paris en faveur des opposants syriens, et contre le seul gouvernement syrien, qualifié de criminel et sommé de laisser la place à ses adversaires. Mais notre étonnement a fait place à l’indignation en voyant l’incroyable panel unanime des signataires : aux côtés d’opposants syriens, le Parti Socialiste, en toute logique puisqu’il a approuvé la guerre de l’OTAN en Libye, mais aussi le NPA, le Mouvement de la Paix, la CGT, la FSU et le PCF ! Il ne manque à ce consensus pro-impérialiste, alors qu’Obama et Juppé-Sarkozy envisagent une intervention « humanitaire », que la signature de l’UMP, que les précédents n’ont pas voulue.

 

Camarades et amis, qui pensez être progressistes, interrogez-vous ! Quand on ne fait que répéter ce que disent nos adversaires politiques, n’est-il pas temps de se poser des questions ?

 

· Le régime du Baath en Syrie est de nature autoritaire, et ses opposants, de gauche et de droite, en ont subi le poids depuis longtemps.

Ÿ Mais pourquoi ne dites-vous pas qu’il est aussi au Moyen-Orient un système à peu près laïque, protecteur des diverses communautés du pays, par exemple, des minorités chrétiennes, persécutées dans l’Irak voisin « libéré » par l’Occident, et opposé à l’impérialisme israélien ?

Ÿ Pourquoi ne dites-vous pas que les seules « informations » ressassées par les télévisions françaises sur ce qui se passe en Syrie émanent des insurgés antigouvernementaux, alors qu’on ne croit jamais les foules impressionnantes qui manifestent en faveur du gouvernement Assad ?

Ÿ Pourquoi cachez-vous qu’il s’agit d’une insurrection armée contre le régime, et que si l’armée syrienne officielle bombarde sans états d’âme certains quartiers urbains, c’est parce qu’ils abritent les miliciens de l’« Armée syrienne libre », largement financés et armés par les dirigeants « pétroliers » et intégristes du Qatar et d’Arabie Saoudite, et protégés par la Turquie voisine ?

Ÿ Pourquoi ne pas dire que ces insurgés de l’ASL, qui se vantent d’avoir 40.000 hommes en armes sous leurs ordres, multiplient contre les forces fidèles au gouvernement les tirs de rockets, d’armes lourdes et les attentats meurtriers à l’explosif ?

Ÿ Pourquoi cacher que le gouvernement Assad ne peut que riposter par les armes à des insurgés en armes ? ou céder la place alors qu’une bonne partie de la population le soutient ?

Ÿ Pourquoi ne pas dire que le gouvernement syrien accepterait de négocier les contours d’une évolution du régime si ses opposants acceptaient de cesser leurs actions armées ?

Ÿ Pourquoi cacher que cette insurrection armée est surtout le fait de salafistes, dont le seul mot d’ordre quand on les filme est « Allah Akbar » ?

Ÿ Pourquoi enfin ne pas dire que l’autoritarisme de Bachar al-Assad n’a jamais empêché depuis des années les puissances occidentales de le courtiser, comme ils le firent avec Kadhafi, avant de le tuer ? Pourquoi cacher que le seul objectif des USA et ses alliés d’Europe et d’Arabie est d’installer à Damas un gouvernement pro-occidental, allié d’Israël contre les Palestiniens et l’Iran, et qu’il serait dirigé par des intégristes comme ceux installés avec la bénédiction de l’Occident en Tunisie, en Égypte, au Maroc, en Libye, voire en Irak ? Pourquoi cacher que l’impérialisme occidental, en cette affaire, se préoccupe peu des droits de l’homme et de la femme, et voler naïvement à son secours ?

 

 

Paris, le 10 février 2012

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 13:11

A M. le Président de la Commission des Droits de l’Homme de l’O.N.U. ; Copie à M. l’Ambassadeur de la République de Pologne en France ; Copie pour demande d’intervention à M. le Ministre des Affaires étrangères de la République française.
>
> NON à la CHASSE aux SORCIERES en POLOGNE et en EUROPE !
> Le PROFESSEUR polonais Zbigniew WIKTOR doit être rétabli dans tous ses droits universitaires !
>
> En application d’une loi scélérate de 2010 qui viole à la fois la liberté d’opinion et l’indépendance des universitaires, le professeur Zbigniew Wiktor vient d’être exclu de sa
> chaire de professeur de l’université polonaise de Wroclaw.
> Les prétextes évoqués sont grotesques tant le professeur Zbigniew Wiktor a montré de compétences dans son travail d’enseignant-chercheur. Le vrai motif de
> l’exclusion indigne qui le frappe est que Z. Wiktor préside la Fédération des communistes de Pologne.
> En effet, dans la Pologne prétendument « anti-totalitaire » actuelle, les symboles communistes auront été criminalisés (la loi scélérate visant à les criminaliser prévoit de
> punir de deux ans de prison le fait de porter un vêtement à l’effigie du « Che » !!!) et les enseignants sont soumis à un contrôle idéologique qui n’est pas sans rappeler les
> activités liberticides du sénateur états-unien Mac Carthy de sinistre mémoire.
> Cette atteinte aux libertés survient dans un climat général marqué par la répression anticommuniste dans toute l’Europe orientale. Dans le même temps, des
> gouvernements fascisants prétextent de l’anticommunisme pour banaliser le fascisme et réhabiliter le nazisme. Ainsi les Etats baltes encensent-ils ceux qui combattirent
> l’URSS aux côtés des nazis ; ainsi, le président roumain actuel de la Roumanie va-t-il jusqu’à dire qu’il aurait envoyé des troupes à Stalingrad pour aider Hitler à vaincre
> l’Armée rouge ! Ne parlons pas d’Orban, le fascisant dirigeant hongrois, qui a ouvertement entrepris de fasciser la vie politique de son pays.
>
> Cette chasse aux sorcières tend d’ailleurs à déborder sur l’Europe occidentale : des militants antifascistes italiens viennent ainsi d’appeler à combattre l’entreprise
> fascisante qui vise à criminaliser le communisme au pays de Gramsci.
> Quant à l’Union européenne, c’est peu dire qu’elle reste passive devant ces attentats contre la liberté. C’est de Bruxelles et de Strasbourg que vient l’impulsion qui tend à
> criminaliser à l’échelle continentale l’URSS et les communistes, lesquels ont pourtant joué un rôle décisif dans la victoire sur Hitler, de Stalingrad aux Brigades internationales d’Espagne en passant par les combats des FTPF et des FTP-MOI. Des textes scélérats ont été votés à Strasbourg pour mettre sur un pied d’égalité le pays de Stalingrad et le Troisième Reich au mépris de cette vérité historique naguère proclamée loyalement par le Général De Gaulle : « les Français savent que la Russie soviétique a joué le rôle principal dans leur libération ».
>
> Laisser l’extrême droite et ses relais gouvernementaux criminaliser les communistes et leur histoire en Pologne et en Europe de l’est, encourager ces attaques liberticides au niveau européen, c’est prendre d’énormes risques pour la liberté de tous en Pologne et dans tous les pays actuellement membres de l’Union européenne.

 

C’est pourquoi le soussigné demande instamment :
>
> * que le professeur Wiktor soit rétabli dans tous ses titres,
> * que les lois d’exception anticommunistes soient supprimées,
> * que les communistes et tous les courants ouvriers, démocratiques et populaires puissent militer librement partout et que l’extrême droite pro-nazie et raciste soit mise hors d’état de nuire au lieu d’être banalisée et réhabilitée.

 

 

 

Mr GENDILLOU Jean Jacques Maire de la commune de THOURON Haute Vienne - France;

 

 

 

2 Allée Des Pins 87140 THOURON - jgillend@aol.com

 


>
>
>

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 08:34

 

Amis désobéissants,

 

OCCUPONS POLE EMPLOI !

Des amis regroupés au sein de la "Coordination nationale de Occupons Pôle
Emploi" nous proposent une magnifique action, à la veille du "sommet pour
l'emploi" organisé par le gouvernement pour précariser encore davantage les
chômeurs.

Le 18 janvier, lors de son «sommet pour l'emploi», le gouvernement se
prépare à mettre tout le monde à genoux en imposant aux travailleurs des
logiques libérales par une flexibilité et une annualisation du temps de
travail à outrance : CDD de 30 mois ou CDI intérimaire, chômage partiel
facilité, modulation à la carte du temps de travail avec baisse de
salaire... Bref, le gouvernement Sarkozy nous invite tous à partager le
chômage au lieu de partager le travail. Chômeurs, précaires, salariés,
nous sommes tous concernés !


STOP aux diminutions d'indemnisation, aux suppression et aux refus
d’allocations


STOP aux radiations et aux sanctions de Pôle emploi


STOP aux contrôles abusifs et convocations multiples


STOP au retard de traitement des dossiers à Pôle emploi


STOP aux travail gratuit au travers des EMTPR


STOP aux STO de 7 heures de travail dues par un bénéficiaire du RSA


STOP aux CDI intérimaire qui est un contrat de précarité à vie


STOP aux contrats précaires CDD, CUI, CAE



LE 17 JANVIER 2012 nous occuperons les agences POLE EMPLOI de nos villes.

Si vous voulez être référents dans vos villes, pour former un groupe autour
de vous (et qu'on envoie les gens vers vous), il vous suffit de nous le dire
par mail, en précisant la grande ville la plus proche et un téléphone. Vous
choisirez ensuite une agence à occuper, que vous tiendrez secrète jusqu'à
la dernière minute : les gens qui vous suivront n'ont pas besoin de savoir à
quelle agence ils vont avant d'y être !



http://occupons-pole-emploi.blogspot.com

www.desobeir.net

(Communiqué de presse)

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 10:13

Texte éditorial du site unitecommuniste.org, pour info et discution

Quelle révolution pour demain ?

Quelle évolution vers le communisme par un socialisme revisité

___________________________________

« On » regrette l’URSS, la période stalinienne, M. Thorez ou G. Marchais, le programme commun. Et ceci avance à quoi ? En quoi est-ce révolutionnaire ?

Beaucoup observent l’évolution économique et sociale de la Chine et se posent bien des questions, or le 20° siècle n’a pas produit les critères d’appréciation hormis le capitalisme

Ces regrets montrent une nostalgie de la camaraderie dans les luttes est-ce une raison pour s’enfermer dans un passéisme stérile ? A ce propos une phrase de K. Marx dans une lettre en date du 14 septembre 1870 retient notre attention : «Le malheur des Français, même des ouvriers, ce sont les « grands souvenirs » ! Il faudra une fois pour toute que les évenements brisent ce culte réactionnaire du passé » !

Il est vital et urgent de rejeter cet état d’esprit et cette inaction, car, si l’étude des évènements passés est nécessaire pour faire l’apprentissage de l’histoire, la recherche de chemins nouveaux s’impose avec urgence.

Fondamentalement qu’est-ce que le socialisme ?

C’est une phase transitoire entre la société capitaliste et la société future envisagée comme communiste. Mais toutes ces désignations au singulier sont la marque d’une idéologie métaphysique, il n’y a que des sociétés capitalistes, il n’y aura que des phases transitoires, il n’y aura que des sociétés socialistes !

Une société socialiste est encore une société capitaliste mais en voie de dépérissement. S’y côtoient des entreprises capitalistes et un secteur progressiste d’entreprises collectives, socialisées pour faire disparaitre la hiérarchie des rapports sociaux en interne (c’est une des phases capitale qu’ont évité les nationalisations).

Le capitalisme ne se laissera jamais déposséder sans combattre,

Tant que Subsistent les vieilles pratiques liées au capitalisme (l’Individualisme égoïste, le goût de paraître supérieurs aux autres, le désir de possessions individuelles hiérarchisant, etc.) les risques de retour seront toujours grands, le passé nous l’a montré !

Le capitalisme malgré lui a dû redistribuer de la plus-value, dans une société en mouvement. Avec le socialisme cette redistribution sera bien plus large pour financer toutes les avancées sociales, en bridant l’enrichissement privé tiré de l’exploitation de la force de travail.

Dans cette phase de mutation de société, l’Etat joue un très grand rôle, il doit donc être sous contrôle populaire permanent dans son rôle législatif, les syndicats et les associations doivent jouer pleinement leur rôle de contrôle et de dynamique révolutionnaires.

Une société socialiste est bien entendu révolutionnaire puisqu’elle met fondamentalement en cause le capitalisme et met en mouvement la société, son degré de réformisme dépend des luttes populaires. Nous ne devons pas confondre ce type de réformisme avec celui de la sociale-démocratie ni avec le réformisme liquidateur des « élites » du PCF qui acceptent le capitalisme comme société indépassable de la fin de l’histoire humaine.

Notre objectif : Une société communiste par une voie socialiste.

Notre outil : le Marxisme avec la liaison constante de la théorie et de la pratique dans tous ses aspects, (la praxis).

Une société communiste : c’est la disparition des antagonismes de classe, la redistribution sociale des fruits du travail, la possibilité pour chacun de développer toutes ses potentialités, « c’est la fin de la préhistoire humaine ».

Tout ceci requiert une construction rigoureuse pour une programmatique précise et stimulante associant les masses populaires, car il est absolument nécessaire de rendre cette société suffisamment attractive pour la rendre indépassable, ce ne peut pas être par des méthodes autoritaires bien entendu !

A notre époque le capitalisme cherche de nouvelles pratiques qui lui permettront de résoudre ses contradictions nées avec la financiarisation des économies mondialisées, dans le but bien entendu d’extorquer toujours plus de plus-value, pas seulement par l’exploitation de la force de travail mais aussi sur tout ce qui peut rapporter, y compris en ponctionnant sur les impôts ou la sécurité sociale

Ce court exposé nous amène à poser la question de la reconstruction révolutionnaire de la force communiste dès maintenant.

Depuis des décennies des camarades se sont levés pour résoudre cette crise politique devenue manifeste, après la chute de l’URSS, mais comme nous l’avons écrit en tête de cet article, ces forces se sont cramponnées au passé, croyant réagir aux dérives d’un parti qui ne porte plus que le nom de communiste; celui-ci sombre dans un humanisme verbeux dont se sont moqués depuis deux siècles toutes les forces progressistes du pays, c’est un canard sans tête mû par des courants socials-démocrates et des idéologies religieuses abâtardies à qui le marxisme et le matérialisme ont fait un sort depuis longtemps.

Retourner impérativement à nos théories et pratiques révolutionnaires pour définir les buts et les programmes compatibles avec l’histoire, les changements profonds du capitalisme, les nouvelles formes d’exploitations, les mutations de sociétés. Ce travail marxiste ne peut être que collectif et l’aide de camarades économistes s’impose pour des analyses et des résultats pratiques et théoriques ; si cela reste académique, nous aurons persévéré dans la complicité de classe.

Question : Comment et avec qui entreprendre ce nécessaire travail ? Nous sommes tous concernés.

M.Mélinand

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Théorie
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 09:55

COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

 Facebook - Twitter: @palestine69 - Tel : 06 01 91 52 18 - courriel : palestine69@orange.fr

Agenda et actions : http://collectif69palestine.free.fr

 METTONS TOUS CETTE IMAGE SUR VOTRE PROFIL FACEBOOK

salaEstLibre

POUR CÉLÉBRER LA LIBÉRATION DE SALAH !

 

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article