Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 11:41

2 débats du Collectif : Haïti et Inde

 

L’Inde, cet immense pays méconnu.

 

 

Le 16 mars 2011, le collectif a auditionné le militant syndicaliste indien P.K.Murthy. Cette rencontre a permis de mettre en lumière l’image souvent déformée qu’a l’opinion européenne des peuples de l’Inde, dont les problèmes sont à la mesure du milliard d’hommes et de femmes qui les composent. P.K. Murthy a notamment réfuté les images courantes :

 - L’Inde, « plus grande démocratie du monde » (le pluripartisme ne change rien à l’extrême inégalité sociale, entre les privilégiés milliardaires et le tiers des Indiens « sous le seuil de pauvreté » en l’an 2000).

 - L’Inde, « pays émergent », alors que les lieux de développement technologique et industriel sont isolés en quelques villes, et ne concernent pas la majorité rurale.

 - L’Inde « berceau de la non-violence », alors que son histoire et son actualité sont pleines d’affrontements sanglants, conflits sociaux, religieux, politiques, etc.

P.K.Murthy nous a fait découvrir le poids écrasant des castes, héritage millénaire de l’hindouisme, la religion de 70% des Indiens. Cette hiérarchie héréditaire aux frontières infranchissables garanties par la religion et les mentalités, même quand la Constitution les interdit sur le papier, n’a pas disparu avec l’indépendance (Gandhi les voyait comme inhérentes à un monde rural à préserver). Elle s’est même renforcée depuis la fin du 20ème siècle, avec le glissement à droite de l’opinion indienne. Aujourd’hui encore, cette arme terrible au service des classes privilégiées, renforcé parfois de préjugés de couleur de peau, sévit jusqu’au cœur des entreprises et de la société rurale : les cadres supérieurs et grands propriétaires sont généralement brahmanes (« prêtres »), Kschatriyas ( « guerriers ») ou vaishiyas ( « commerçants »), les ouvriers manuels de la ville ou du village, shudras (« serviteurs »), dalits (« intouchables ») ou adivasis (les hors castes, « tribus », tout en bas de l’échelle).

Les mouvements syndicaux et révolutionnaires anciens et influents (le PCI est né peu après 1920) ont certes combattu l’influence des castes, mais cette réalité pèse encore. Les communistes indiens, influents (ils ont dirigé des états très peuplés, comme le Kerala ou le Bengale), sont divisés en partis, nés de scissions successives, elles-mêmes nées des divergences entre URSS et Chine et des oppositions internes entre ceux favorables à l’alliance avec le parti du Congrès (nationaliste, de Gandhi et Nehru) et ceux qui s’y opposaient : on a ainsi le PCI, le PCM et le PCML. De plus, un certain nombre de groupes d’inspiration marxiste (Naxalites) pratiquent la lutte armée en milieu rural, tantôt en la liant à une action politique, tantôt de façon purement terroriste. Ces guérillas « de la forêt » sont liées à la persistance de la misère rurale : les réformes agraires tentées au Kerala et au Bengale par les communistes ont été stoppées par le parti du Congrès au pouvoir à New Delhi.

En complément de ces données, évoquées le 16 mars, signalons l’ouvrage de R. Gutmann « Entre castes et classes, les communistes indiens face à la politisation des basses castes », L’Harmattan, 2010 : un flot d’informations sur ce pays dont l’avenir et les luttes qui s’y mènent nous concernent.

 

              Compte-rendu réalisé par le secrétariat du Collectif Polex.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cdrm - dans Solidarité
commenter cet article

commentaires