Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 12:20

Grève générale pour sauver les retraites !

septembre 2010

 

Le basculement du rapport de forces en faveur de la bourgeoisie et des États capitalistes à l’échelle internationale, dans les années 1980, s’est traduit par un déferlement de mesures antisociales visant à liquider tous les acquis de l’aprèsguerre.

 

En France, les travailleurs et leurs familles subissent jour après jour les contre-réformes poursuivies et amplifiées par le gouvernement Sarkozy, n’épargnant aucun secteur essentiel à la vie, au développement et à l’épanouissement de la population. Seule une minorité trouve son compte en tirant d’énormes dividendes de la politique menée par les gouvernements capitalistes qui se sont succédé au service de la bourgeoisie monopoliste. Parmi ces mesures scélérates et iniques, la réforme des retraites constitue une attaque majeure contre la classe ouvrière et ses alliés. De plus, au-delà même de l’allongement de la durée des cotisations ouvrant droit à une retraite pleine et entière et la mise en cause des régimes spéciaux, cette réforme tend vers la suppression du droit universel à la santé, c’està- dire à une couverture sociale de la naissance à la fin de vie en matière de médecine préventive et réparatrice, comme mentionné dans la Constitution.

 

Or, malgré l’importance de l’enjeu et les attaques répétées, plus particulièrement, depuis le plan Juppé de 1995 à l’origine d’un formidable mouvement, les étatsmajors syndicaux, notamment celui de la CGT, n’ont pas créé les conditions pour mettre en échec ces projets.

L’adhésion de la CGT à la CES, rouage de l’Union Européenne, en 1999, confirme les orientations réformistes adoptées par cette organisation lors de son 45ème Congrès qui s’est tenu en décembre 1995, en plein mouvement social contre, précisément, la première salve d’envergure lancée contre les retraites et le financement de la sécurité sociale.

Lutter contre les manoeuvres dilatoires des états-majors syndicaux

La CGT s’est banalisée comme une force d’aménagement du capitalisme. Ses dirigeants tournent le dos à l’héritage des luttes qui ont marqué son histoire et celle du mouvement ouvrier tout entier.

Un tournant caractérisé par l’absence de grande victoire et des reculs sans précédent malgré la combativité réelle des travailleurs. Les tenants du « syndicalisme rassemblé » usent de manoeuvres dilatoires pour freiner les luttes et dévoyer les revendications des travailleurs.

 

L’analyse de la stratégie de diversion de l’intersyndicale à travers tous les conflits qui ont émaillé cette dernière période, révèle que toutes les potentialités réelles n’ont délibérément pas été éprouvées pour être relayées par les masses. L’intersyndicale s’obstinant à appeler à des journées de manifestations espacées et sans lendemain et à exhorter le gouvernement à négocier son projet.

 

La stratégie des manifestations sans grève générale avec occupation des usines, administrations et services est une stratégie d’échec. Elle favorise l’offensive du pouvoir et du patronat. Il est clair que les syndicats, à leur tête la CGT, agissent pour éviter toute généralisation des luttes, comme si la défense de la fonction et des services publics n’intéressait que les salariés de ce secteur, comme si la réforme des retraites n’intéresse que les préretraités.

 

A l’opposé, la stratégie des forces du capital est parfaitement coordonnée à l’échelle européenne, comme en atteste l’enchaînement des contre-réformes initiées par la Commission de Bruxelles.

Préparer la grève générale pour sauver les retraites

Il est donc évident qu’il n’y a rien à discuter avec le gouvernement. La grève générale est possible au regard de la combativité des travailleurs dans de nombreux secteurs d’activité.

Il est du devoir des révolutionnaires communistes et des syndicalistes de classe de renforcer leurs liens avec les masses pour les éclairer sur la nocivité du « chacun pour soi » et de l’apologie des luttes sectorielles, et sur la nécessité de synthétiser et de fédérer leurs revendications dans un « Tous ensemble » offensif. D’agir en priorité dans les entreprises en lutte et dans les secteurs stratégiques et prioritaires où sont traditionnellement concentrés les forces syndicales et les militants parmi les plus aguerris à la lutte des classes : transports, énergie, télécommunications…

Dans le contexte actuel, le projet de préparation à la grève générale ne sera sans doute pas une tâche facile. Il se heurtera au poids des directions syndicales réformistes sur les masses, à leur emprise sur leurs corps militants, y compris les plus combatifs, mais aussi à la résignation d’une masse importante des travailleurs qui n’en finit plus d’accumuler les échecs.

L’URCF apporte son soutien pour le rassemblement des militants de lutte de classe en un courant d’opposition aux directions syndicales réformistes, un courant structuré, combatif, discipliné et influent sur le terrain. Ce travail de conviction et d’action est indissociable de la critique ferme et résolue des centrales réformistes, et de la roublardise de leurs dirigeants. Il n’y a pas d’autre voie que celle de l’opposition large et unie pour les vaincre et pour battre le patronat et son gouvernement.

 

NOUVELLE ADRESSE DU SITE DE L URCF

WWW.URCF.FR

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cdrm - dans Divers Textes
commenter cet article

commentaires