Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 16:29

 

 

I) Le sommet de Strasbourg

I-a) Incendies, blessures et dégradations volontaires, … organisés par la Sarko-police ! ! !

Incendie de l'hôtel Ibis de Strasbourg : la LEGAL TEAM a recueilli de nombreux témoignages qui contestent la version de la police (info de Pascal B.)

http://94.23.41.50/spip/spip.php?article97

Communiqué de la Legal Team de Strasbourg. Lundi 6 avril 2009 00h14

Incendie de l’hôtel Ibis de Strasbourg : la version des faits donnée par la police remise en cause par de nombreux témoignages.

Plusieurs témoignages font état de l’impossibilité de l’origine de l’incendie de l’hôtel Ibis par des manifestants. Les vitres et les portes ont été enfoncées par des manifestants, et le mobilier a été sorti de l’hôtel pour alimenter la barricade qui se trouvait devant. La police provenant des rues adjacentes de l’hôtel a évacué les alentours de l’établissement dans une charge, et a contrôlé l’ensemble de la place devant l’hôtel. Il n’y avait à ce stade aucun incendie de l’Hôtel Ibis.

Un autre témoignage publié sur internet déclare : "nous étions au 1er rang lorsque les flics ont lancé leur 1ère charge, et ce qui est sûr est qu’il n’y avait aucun signe d’incendie dans l’hôtel à ce moment. Ce qui signifie : soit il y avait un petit début d’incendie donc on ne voyait rien de l’extérieur, et dans ce cas il était facilement maitrisable, mais d’après ce qu’on voyait rien de cela, car ni flamme ni fumée, soit la cause de l’incendie ne provient pas des manifestants."

Un groupe qui se situait "près de l’église taguée à 50 m des deux bâtiments" déclare, concernant l’hôtel Ibis, qu’ils ont été témoins de "tirs tendus des hélicoptères de fusées gaz lacrymogènes et de fusées incandescences" qui ont touchées ce bâtiment avant de s’embraser.

Sur une vidéo publiée sur youtube, le cameramen déclare à la fin du film " ils les envoient de l’hélico" ( sous-entendu : les fusées lacrymogènes et incandescentes)

Deux autres témoignages que nous avons recueillis affirment que la police maitrisait l’espace autour de l’hôtel Ibis lorsque l’incendie s’est déclaré, et que les manifestants étaient à distance.

Enfin d’après plusieurs témoignages la police française aurait renvoyé les pompiers allemands arrivés rapidement sur le site.

Au total au moins douze témoignages concordants remettent sérieusement en cause la version des faits avancée par la police, et relayée largement par les médias. Rappelons que la ministre de l’intérieur Mme Alliot-Marie, à propos de l’hôtel Ibis a parlé dimanche d’"incendie volontaire" et de "tentative d’homicide volontaire".

La legal team de Strasbourg recueille d’éventuels autres témoignages. tel : +33 (0)3 68 46 02 62..

NDLR : Ni le Préfet ni le chef de la police n’ont été renvoyés alors qu’à St Lô, malgré une manif beaucoup plus calme, ils l’ont été, cherchez l’erreur ! ! !



I-b) Le dispositif policier sans précédent mis en place à Strasbourg pour le sommet de l’Otan.

Avant de participer samedi à la manifestation anti-Otan, Jean Luc Mélenchon a profité des questions au gouvernement pour suggérer au Premier ministre de « rappeler aux militaires américains et aux responsables de la sécurité du président des États-Unis » que la capitale alsacienne « n'est pas Bagdad ». Avant de lui demander « comment le Gouvernement justifie le blocus de la ville de Strasbourg qui s'organise et les atteintes démesurées à la liberté de circuler de ses habitants ? » Comme il l’a rappelé tous les établissements scolaires sont fermés vendredi, « l'université est fermée depuis une semaine pour empêcher les rassemblement d'étudiants ; une quinzaine d'avenues, de boulevards, de places et de rues ont été vidés de leurs véhicules et fermés à la circulation ; des déviations ont été aménagées sur six autoroutes de transit régional et international ; des milliers d'habitants sont contraints de présenter un laissez-passer pour circuler à pied dans les zones orange et rouge de la ville, et des fouilles sont déjà organisées depuis la gare de l'Est » Jean Luc Mélenchon a aussi dénoncé les « intolérables atteintes à la liberté d'expression » constituées par l'irruption illégale de policiers au domicile de personnes qui avaient pavoisé leur fenêtre de drapeaux pour la paix » pour leur demander, illégalement, « de retirer ces drapeaux ».

La liberté de manifester est également bafouée par le refus de la préfecture d'autoriser un parcours décent pour la manifestation. Elle a même voulu diriger cette manifestation vers l'Allemagne.

Michèle Alliot-Marie, qui a répondu à la place de François Fillon a justifié son dispositif sécuritaire par la nécessité de « veiller à la protection des Strasbourgeois » Elle a noté que les fermetures dénoncées « ont été décidées avec le total soutien du maire » socialiste.

Mais elle a aussi reconnu que « le retrait des banderoles [avait] été un excès de zèle ».

Vie de gauche n° 12 //  03 avril 2009


1-c) Témoignage de Thierry Aury J’étais à Strasbourg. Source l’Humanité.

J’ai vu ce que je n’avais jamais vu en trente années de participation à des manifestations diverses : une ville totalement en état de siège, avec la présence de 45 compagnies de CRS sur les 61 que compte la France, au moins 4 hélicoptères survolant ensemble la ville, des centaines de véhicules de police, des autoroutes et des rocades totalement fermées à la circulation, etc. (…)

- Comment dans une ville en état de siège, survolée par des hélicoptères, avec 11 000 CRS et gendarmes du côté français et plus encore du côté allemand, a-t-on pu mettre aussi facilement le feu à un hôtel, un poste de douane, une pharmacie, une station-service, etc. ?

- Pourquoi tout cela a-t-il brûlé aussi longtemps sans l’intervention des « forces de l’ordre » et des pompiers ?

- Tous ces bâtiments - dont la destruction ne gêne évidemment en rien les dirigeants de l’OTAN mais va emmerder sérieusement la vie des habitants du quartier concerné, un des quartiers les plus populaires de la ville - étaient curieusement situés près du lieu de départ des manifestations pacifistes, ce qui a donné un excellent prétexte à bloquer 20 000 véritables pacifistes allemands de l’autre côté du Rhin et à créer la confusion chez les manifestants pacifistes du côté français. (…)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cdrm - dans Economie
commenter cet article

commentaires