Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • Le blog du CDRM / Encyclopédie-Marxiste.com
  • : Blog du site: www.encyclopédie-marxiste.com créer par le CDRM Centre Documentation Recherches Marxistes
  • Contact

Profil

  • cdrm
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com
  • blog du cdrm et du site www.encyclopedie-marxiste.com

Recherche

7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 19:19

La vraie histoire derrière la guerre n’est pas ce que raconte Israël ( 2 )

 

Les gouvernements américain EU et européens réagissent avec une partialité qui ne prend pas en compte ces réalités. Ils disent qu’on ne peut s’attendre à ce qu’Israël accepte de négocier sous le feu des roquettes, mais ils exigent que les Palestiniens le fassent sous l’état de siège dans la bande de Gaza et l'occupation militaire violente en Cisjordanie.

 

Avant que cela ne disparaisse dans un trou de mémoire, il convient de rappeler que, la semaine dernière, le Hamas a offert un cessez-le-feu en échange de compromis élémentaires et réalisables. Ne me croyez pas sur parole. Selon la presse israélienne, Yuval Diskin, l'actuel chef du service de sécurité israélien Shin Bet, « a informé le gouvernement israélien [le 23 décembre] que le Hamas est intéressé dans la poursuite de la trêve, mais veut améliorer ses conditions. » Diskin a expliqué que le Hamas demandait deux choses : la fin du blocus, et un cessez-le-feu israélien sur la Cisjordanie. Le gouvernement – excité avec la fièvre des élections et désireux d'apparaître dur – a rejeté ces conditions.

 

Le fond de la situation a été clairement expliqué par Ephraïm Halevy, ancien chef du Mossad. Il dit que bien que les militants du Hamas - comme une grande partie de la droite israélienne - rêvent de bouter dehors leurs adversaires, « ils ont reconnu que cet objectif idéologique n'est pas réalisable et ne le sera pas dans un avenir prévisible. » Au lieu de cela, « ils sont prêts et disposés à voir la création d'un état palestinien dans les frontières provisoires de 1967. » Ils sont conscients que cela veut dire qu'ils « doivent adopter une voie qui pourrait les amener loin de leurs objectifs initiaux » - et vers une paix à long terme fondée sur le compromis.

 

Les partisans du refus des deux côtés - de Mahmoud Ahmadinejad en Iran jusqu’à Bibi Netanyahou en Israël - seraient alors marginalisés. C’est la seule voie qui pourrait conduire à la paix mais c'est le gouvernement israélien qui refuse de la choisir. Halevy, explique : « Israël, pour des raisons qui lui sont propres, ne veut pas transformer le cessez-le-feu en un début d'un processus diplomatique avec le Hamas. »

 

Mais pourquoi Israël agit de cette façon ? Le gouvernement israélien veut la paix, mais seulement une paix imposée selon ses propres conditions, sur la base de l'acceptation de la défaite par les Palestiniens. Cela veut dire que les Israéliens peuvent conserver les blocs de la Cisjordanie de « leur » côté du mur. Cela veut dire qu'ils gardent les plus grandes colonies et le contrôle des sources d’eau. Et cela veut dire une Palestine divisée, avec la responsabilité de Gaza confiée à l'Egypte, et la Cisjordanie morcelée toute seule. Les négociations menacent cette vision : elles exigeraient d'Israël de renoncer à plus que ce qu'il veut. Mais une paix imposée veut dire l’absence totale de paix : elle n’arrêtera pas les roquettes ou la rage. Pour une vraie sécurité, Israël aura à parler aux gens qu’il assiège et qu’il bombarde aujourd'hui, et à trouver des compromis avec eux.

 

La voix de Gaza qui brule devrait être couverte par les paroles de l'écrivain israélien Larry Derfner. Il dit : « la guerre d’Israël contre Gaza doit être la plus inégale sur la terre... Si le but est d'y mettre fin, ou au moins de commencer à y mettre fin, la balle n'est pas dans la cour du Hamas - il est dans le nôtre. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cdrm - dans Palestine
commenter cet article

commentaires